Accueil > Notre Evêque > A propos de la devise épiscopale

A propos de la devise épiscopale

« Jésus doux et humble de cœur »

Cette devise s’inspire d’un passage de l’évangile de Matthieu.

« Venez à moi vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau et je vous soulagerai. Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école car je suis doux et humble de cœur et vous trouverez le repos. »

Jésus invite les foules à venir à lui. Cette invitation s’adresse à tous les hommes de tous les temps. Tous, d’une manière ou d’une autre, nous portons le poids de divers fardeaux, il nous faut être assez pauvre et humble pour le reconnaître et tous nous aspirons au repos. « Mon cœur ne trouvera pas le repos tant qu’il ne se reposera pas en toi » disait Saint Augustin. Comme évêque, je voudrais faire retentir cette invitation du Christ à tous. Que nous nous mettions tous à l’école du Christ pour apprendre de lui la douceur et l’humilité du cœur et que nous y retrouvions le repos.

Jésus

Le nom de Jésus est inscrit dans cette devise car mon premier devoir d’évêque est d’annoncer Jésus, d’en être le témoin. Jésus, Vrai Dieu et Vrai homme, mort et ressuscité, maître du temps et de l’histoire. Jésus, en qui Dieu le Père révèle tout son amour. Dieu, personne ne l’a jamais vu, son Fils unique nous l’a fait connaître.

Jésus, unique Sauveur. C’est lui qui a saisi nos vies. C’est lui que nous voulons annoncer au monde. C’est de lui que je veux parler.

Doux

La douceur n’est pas la mièvrerie. Il ne s’agit pas d’être gentil avec tout le monde. La douceur fait référence à ce qui est dit du serviteur souffrant dans la prophétie d’Isaïe. Texte qui s’applique à Jésus.

« Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu en qui j’ai mis toute ma joie. Il ne criera pas, il ne haussera pas le ton. On n’entendra pas sa voix sur la place publique. Il n’écrasera pas le roseau froissé. Il n’éteindra pas la mèche qui faiblit. » Is. 42, 1-3.

Ou encore, au célèbre passage où le prophète Jérémie rencontre Dieu non dans l’ouragan ou le vent violent, mais dans la brise légère.

Dieu a un infini respect pour l’homme, pour chacun de nous. Dieu ne s’impose pas à l’homme. Dieu est doux et nous invite à la douceur. Ce n’est pas en contradiction avec la détermination et l’exigence. C’est une invitation à être toujours attentif à la moindre lueur d’espoir, à ne jamais violenter le pauvre. Dieu respecte notre fragilité et il suscite notre liberté.

Humble

L’humilité n’est pas à la mode car elle évoque pour nous l’humiliation. Dieu est humble. « Jésus ne retint pas le rang qui l’égalait à Dieu mais il s’est anéanti lui-même jusqu’à la mort. »

Moi, le Maître et Seigneur je suis au milieu de vous comme celui qui sert. Il n’y a pas dans l’Eglise d’autre autorité que celle du Christ qui donne sa vie pour ceux qui l’aime. N’a d’autorité que celui qui donne sa vie pour ses frères.

Le drame de l’homme c’est l’orgueil. Le drame de notre époque c’est l’orgueil. C’est par l’orgueil que l’homme se détruit et détruit le monde.

En réalité il y a un seul obstacle à la rencontre de Dieu : l’orgueil. Il y a une seule condition pour trouver Dieu : l’humilité.

L’humilité ce n’est pas se rabaisser ou s’étendre à terre comme si nous étions moins que rien, l’humilité c’est se reconnaître assez pauvre pour avoir besoin de l’Amour. L’humilité c’est la vérité. L’orgueil produit la tristesse et la solitude. L’humilité est la condition de l’amour et l’amour rend libre.

Cœur

Quand on parle du cœur il s’agit du cœur au sens de la Bible. Pour la Bible le cœur est le centre de la personne, le plus intime de l’être, le lieu des sentiments, mais aussi de la volonté et de l’intelligence. Pour l’homme occidental, on met le sentiment dans le cœur et l’intelligence et la volonté dans le cerveau.

Pour la Bible, quand elle invite à aimer de tout son cœur, cela implique l’affectivité bien sûr, mais aussi l’intelligence et la volonté.

« Aimer ne sont pas des sentiments, c’est des actes. » Thérèse de Lisieux.

Jésus a un cœur humain. Le Concile Vatican II : Dieu en Jésus a réfléchi avec une intelligence d’homme, il a travaillé avec des mains d’homme, il a aimé avec un cœur d’homme.

La façon dont Jésus aime nous révèle la façon dont Dieu aime.

L’homme ne peut vivre sans amour, sans être aimé et sans aimer lui-même. La véritable question de l’homme c’est celle de l’Amour. Est-ce que je suis aimé véritablement par quelqu’un ? Suis-je capable d’aimer ? Comment apprendre à aimer réellement ?

Dieu est Amour.

En nous approchant du cœur humain du Christ nous découvrons l’Amour de Dieu et nous apprenons comment aimer.

Auprès du Cœur du Christ, le cœur de l’homme reçoit la capacité d’aimer.

« Jésus, Doux et Humble de Cœur », c’est pour moi le désir d’apprendre moi-même, à son école, la douceur et l’humilité du cœur pour être un pasteur selon son cœur.

C’est aussi rappeler au monde que le chemin vers Dieu, vers le bonheur passe par l’humilité. C’est rappeler au monde que le cœur de Dieu est passionné d’amour pour l’homme.

« Il a tant aimé le monde, qu’il a donné son fils, non pour juger le monde, mais pour qu’il soit sauvé par lui. » Jn 3, 16.

« Jésus, Doux et Humble de Cœur, j’ai confiance en Toi. »


Actualités Notre Evêque Paroisses et doyennés Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens