Carême en ligne : Commentaire de l’Évangile du mardi 11 mars 2014

PNG - 2.7 ko
JPEG - 2.9 ko

Évangile selon St Matthieu, chapitre 6, 7-15

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant même que vous l’ayez demandé. Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié.
Que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Remets-nous nos dettes, comme nous les avons remises nous-mêmes à ceux qui nous devaient. Et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du Mal. Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi.
Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, à vous non plus votre Père ne pardonnera pas vos fautes. »

JPEG - 2.9 ko

Commentaire

« Notre Père » Le Fils de Dieu s’est fait chair et il est mort pour nous, non seulement afin de nous sauver du péché, mais aussi pour que, en lui, nous soyons fils de Dieu. « L’Esprit que nous avons reçu nous a donné un cœur de fils pour appeler Dieu : ?Notre Père’ ». (cf. Rm 8,15) Si Dieu a voulu être pour nous un Père, ce n’est pas pour que nous agissions envers lui comme si c’était un distributeur automatique : « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés ». Lui veut avoir avec moi une relation personnelle et pas n’importe laquelle ! Celle d’un papa envers son enfant. C’est donc la confiance qui doit régner, lorsque je lui parle, celle de savoir qu’il m’aime et qu’il veut mon bien.

« Qui es aux cieux » : C’est parce que Dieu est au-delà de tout qu’il peut tout. Non seulement il m’aime, mais aussi il est tout-puissant. En effet, « votre Père sait de quoi vous avez besoin avant même que vous l’ayez demandé ». Il sait ce dont j’ai besoin et il me le donnera. Certain alors, que je ne manquerai de rien car lui pend soin de moi, je commence par le louer : « que ton nom soit sanctifié » et par m’abandonner à sa volonté « Que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » et je lui demande son aide, même dans les choses les plus concrètes : « Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ».

« Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi ». Le véritable pardon est un don gratuit que je ne mérite pas. Si je ne pardonne pas à mon prochain, c’est parce que je crois qu’il ne le mérite pas. Je raisonne selon une logique humaine et non selon la logique de Dieu : « L’amour prend patience [...] il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout » (1 Cor 13, 4-7). C’est ainsi que Dieu nous aime et nous a pardonnés lorsque « le Christ est mort pour nous, alors que nous étions encore pécheurs ». Contemplons la gratuité du don de Dieu, pour pouvoir pardonner à notre prochain de la même manière et nous ouvrir ainsi au pardon de Dieu, en espérant tout de lui. Car le pardon est un don gratuit que je suis incapable de mériter, si je le reçois, c’est parce que le Christ est mort à ma place. Entrons donc dans la vie nouvelle que le Christ est venu nous donner : « Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde ».

JPEG - 220.1 ko

_

JPEG - 2.9 ko


PNG - 2.7 ko

Paroles de Pape

Découvrez tout au long du Carême une nouvelle citation.

PNG - 1 Mo

Actualités Notre Evêque Paroisses et doyennés Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens