Carême en ligne : Commentaire de l’Évangile du samedi 15 mars 2014

_______________________________L’Évangile du jour avec :

PNG - 306.3 ko

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,43-48.

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : " Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi.
Eh bien moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent,
afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes.
Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ?
Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ?
Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait.

Commentaire

Jésus n’est pas en train d’écrire une nouvelle constitution ou de réviser le droit canon. Il ne s’agit pas d’un changement de la loi mais de la relation à la loi. Cette nouvelle relation requiert un regard nouveau. « Voici que je fais toute chose nouvelle. Un monde nouveau germe déjà, ne le voyez-vous pas ? » (Is 49, 13)

La mission de Jésus a été d’ouvrir des portes. Il nous fait sortir de nos enfermements, de nos maisons verrouillées. La loi nouvelle nous décoince. Elle donne du souffle, énergise. Elle nous fait porteur de vie, de pardon. ....

C’est parce que nous, humains, sommes capables du pire que nous devons faire un effort à l’intérieur de nous-mêmes pour être meilleur que pire. Nous avons mission non pas de devenir pire, mais meilleur. Au quotidien, vous le savez, nous devons lutter contre les forces les plus négatives qui nous ravagent l’intérieur. Notre humanité, entre nous, repose essentiellement sur la maîtrise de nos pulsions de haine, de nos démons intérieurs. Au lieu de déclarer la guerre, Jésus nous apprend à faire la guerre à l’intérieur de nous-mêmes. Dans nos cœurs. Nul n’a la vraie foi s’il ne désire pas pour son prochain ce qu’il désire pour lui-même.

Comme l’exprime le prophète Osée (9,10), on devient ce que l’on aime. Nous ne sommes pas encore au sommet de l’humanité tant nous observons de l’inhumain autour de nous. Jésus est venu brasser la cage des gens installés, de leur système de relation inhumaine aux autres, autant dans le monde politique que religieux. Lui, et c’est ça la nouveauté, s’est identifié aux autres, aux plus petits d’entre ses frères. Ce que vous faîtes aux autres, c’est à moi que vous le faîtes.

Nous ne sommes pas sur terre pour nous haïr, pour semer la peur, mais pour aimer, pour propager la paix comme le suggère le « révolutionnaire » Jésus et que nous retrouvons dans toutes les traditions religieuses : Soyez les propagateurs de la paix .
Ne pas se venger de son ennemi est déjà une preuve de force ; lui pardonner peut parfois relever de l’héroïsme ; mais l’aimer n’est-ce pas trop nous en demander ? Et n’est-ce pas trop en donner à celui qui n’est pas digne de notre estime ? Vous avez appris qu’il a été dit - voilà pour le langage de l’homme naturel ; et bien moi, je vous dis - c’est le langage de l’humanité nouvelle entre nous, c’est-à-dire de l’humanité qui a accepté de se laisser renouveler par la grâce.

Saintetés, quand nous portons les paroles de Jésus, quand nous vivons de sa manière nouvelle, plus que jamais nouvelle, quand nous l’assumons non du bout des doigts ou avec des pincettes, mais à pleines mains, à plein cœur, ses paroles se mettent à nous porter comme elles ont porté le prophète Élie dans la première lecture. Voilà un signe de la puissance de l’Esprit à l’œuvre.

Nous disons souvent, dit Jean Vanier : si tu changes, je t’aimerai mais, et c’est la nouveauté, si je t’aime, tu changeras et moi aussi.

JPEG - 86.1 ko
JPEG - 2.9 ko

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même »

JPEG - 40.8 ko

Le jour où je me suis aimé
par Charlie Chaplin

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris qu’en toutes circonstances,
j’étais à la bonne place, au bon moment.
Et alors, j’ai pu me relaxer.
Aujourd’hui je sais que cela s’appelle… l’Estime de soi.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle
n’étaient rien d’autre qu’un signal
lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.
Aujourd’hui je sais que cela s’appelle…l’Authenticité.
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai cessé de vouloir une vie différente
et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive
contribue à ma croissance personnelle.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle…la Maturité.
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à percevoir l’abus
dans le fait de forcer une situation ou une personne,
dans le seul but d’obtenir ce que je veux,
sachant très bien que ni la personne ni moi-même
ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment…
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… le Respect.
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à me libérer de tout ce qui n’était pas salutaire,
personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait cela de l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… l’Amour propre.
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé d’avoir peur du temps libre
et j’ai arrêté de faire de grands plans,
j’ai abandonné les méga-projets du futur.
Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime
quand cela me plait et à mon rythme.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle…la Simplicité.
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de chercher à avoir toujours raison,
et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.
Aujourd’hui, j’ai découvert …l’Humilité.
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir.
Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.
Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois.
Et cela s’appelle… la Plénitude.
Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir.
Mais si je la mets au service de mon cœur,
elle devient une alliée très précieuse !
Tout ceci, c’est…le Savoir vivre.

Charlie Chaplin


Actualités Notre Evêque Paroisses et doyennés Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens