Carême en ligne : Commentaire de l’Évangile du jeudi 20 mars 2014

PNG - 2.7 ko


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 16,19-31

Jésus disait cette parabole : « Il y avait un homme riche, qui portait des vêtements de luxe et faisait chaque jour des festins somptueux.
Un pauvre, nommé Lazare, était couché devant le portail, couvert de plaies. Il aurait bien voulu se rassasier de ce qui tombait de la table du riche ; mais c’étaient plutôt les chiens qui venaient lécher ses plaies.
Or le pauvre mourut, et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi, et on l’enterra.
Au séjour des morts, il était en proie à la torture ; il leva les yeux et vit de loin Abraham avec Lazare tout près de lui.
Alors il cria : ’Abraham, mon père, prends pitié de moi et envoie Lazare tremper dans l’eau le bout de son doigt pour me rafraîchir la langue, car je souffre terriblement dans cette fournaise. -
Mon enfant, répondit Abraham, rappelle-toi : Tu as reçu le bonheur pendant ta vie, et Lazare, le malheur. Maintenant il trouve ici la consolation, et toi, c’est ton tour de souffrir.
De plus, un grand abîme a été mis entre vous et nous, pour que ceux qui voudraient aller vers vous ne le puissent pas, et que, de là-bas non plus, on ne vienne pas vers nous. ’
Le riche répliqua : ’Eh bien ! père, je te prie d’envoyer Lazare dans la maison de mon père.
J’ai cinq frères : qu’il les avertisse pour qu’ils ne viennent pas, eux aussi, dans ce lieu de torture ! ’
Abraham lui dit : ’Ils ont Moïse et les Prophètes : qu’ils les écoutent !
Non, père Abraham, dit le riche, mais si quelqu’un de chez les morts vient les trouver, ils se convertiront. ’
Abraham répondit : ’S’ils n’écoutent pas Moïse ni les Prophètes, quelqu’un pourra bien ressusciter d’entre les morts : ils ne seront pas convaincus. ’ »

Commentaire :

Cette histoire (parabole) nous parle du fossé qui sépare les riches des pauvres. Ceux et celles qui acceptent cette situation se retrouveront à jamais de l’autre côté. ( versets 23 à 26)

Les riches qui restent sourds à la détresse resteront enfermés sur eux-mêmes et les pauvres franchiront les portes de la vraie vie, celle du Paradis.

Un abîme sépare le riche dans sa fournaise (en Enfer) de Lazare (verset 26). Cet abîme, c’est le riche lui-même qui l’a creusé au cours de sa vie, alors qu’aveuglé par sa richesse il n’avait pas remarqué à sa porte le pauvre qui souffrait. Personne ne l’avait-il averti des conséquences de son insouciance ?

L’Évangile ne dit pas quel péché a condamné le riche à l’Enfer. Son péché, c’était de ne pas voir Lazare couché devant sa porte. C’est la perversion de son esprit qui l’a conduit en Enfer et particulièrement lorsqu’elle lui inspirait haine et mépris pour toutes les personnes qui réclamaient les exigences de la justice, telles que Moïse et les prophètes (verset 31)

La rencontre avec Dieu passe par la rencontre avec les plus démunis.

Que dit la Bible sur le partage et la pauvreté ?

Les « Lazare » de notre époque sont une multitude ; ils s’appellent le quart-monde. Les pays les plus puissants et les minorités privilégiées se sont emparés de la table à laquelle tous avaient droit : les industries nationales et les sources d’emploi sont systématiquement détruites par la mondialisation des échanges commerciaux affranchis de toute morale sociale ainsi que par la délocalisation d’entreprises vers des pays où les salaires accordés aux travailleurs sont scandaleusement bas.

Conséquence de cette politique : Ils sont des centaines de millions de « Lazare » qui s’enfoncent dans la désocialisation jusqu’à ce qu’ils meurent de misère, ou par la violence née d’une vie déshumanisée (actions terroristes, assassinats, Car Jacking, enlèvements, attaques à main armée…).

Les « Lazare » de nos grandes villes vivent dans les couloirs de nos métros, des maisons insalubres, des abris de fortune et dans les pires des cas parmi les décombres et les immondices : ils deviennent des prostitués, des pickpockets…,
jusqu’à qu’une mort prématurée leur permettent de trouver quelqu’un qui les aime, en compagnie d’Abraham et des anges (verset 22)

Cette parabole nous rappelle les exigences de l’amour du prochain.

Il n’y a qu’un seul commandement nous dit le Christ : « Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. À ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres ». (Jn 13, 35)

  • Cette parabole nous enseigne aussi l’importance unique de la Parole de Dieu.

Seule cette Parole pouvait convertir les frères du riche et les sauver. (verset 29)

  • Ne restons pas aveuglés par nos richesses : richesses matérielles, culturelles, de nos amis ou relations, spirituelles, alors que nous croisons tant de pauvres dans la rue !
  • Lazare dans notre monde, aujourd’hui, c’est plus de 66% de l’humanité qui sont couchés sur le seuil de notre porte.

Si vous avez en suffisance de la nourriture jusqu’à la fin de cette semaine, vous êtes certainement riche par rapport à celui qui ne sait pas encore s’il mangera ce soir.

  • En soulignant la situation dramatique du riche, cette parabole insiste sur l’urgence des choix à faire.
    Demain il sera trop tard !
PNG - 303.3 ko
JPEG - 2.9 ko

Actualités Notre Evêque Ensembles paroissiaux Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens