Carême en ligne : Commentaire de l’Évangile du jeudi 10 avril 2014

PNG - 2.7 ko

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 8,51-59

Jésus disait aux Juifs : « Amen, amen, je vous le dis : si quelqu’un reste fidèle à ma parole, il ne verra jamais la mort. »
Les Juifs lui dirent : « Nous voyons bien maintenant que tu es un possédé. Abraham est mort, les prophètes aussi, et toi, tu dis : ’Si quelqu’un reste fidèle à ma parole, jamais il ne connaîtra la mort. ’
Es-tu donc plus grand que notre père Abraham ? Il est mort, et les prophètes aussi. Qui donc prétends-tu être ? »
Jésus répondit : « Si je me glorifie moi-même, ma gloire n’est rien ; c’est mon Père qui me glorifie, lui que vous appelez votre Dieu,
alors que vous ne le connaissez pas. Mais moi, je le connais, et, si je dis que je ne le connais pas, je serai un menteur, comme vous. Mais je le connais, et je reste fidèle à sa parole.
Abraham votre père a tressailli d’allégresse dans l’espoir de voir mon Jour. Il l’a vu, et il a été dans la joie. »
Les Juifs lui dirent alors : « Toi qui n’as pas cinquante ans, tu as vu Abraham ! »
Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : avant qu’Abraham ait existé, moi, JE SUIS. »
Alors ils ramassèrent des pierres pour les lui jeter. Mais Jésus, en se cachant, sortit du Temple.

Commentaire :

Aujourd’hui, nous retrouvons Jésus dans une conversation animée avec les Juifs. Jésus et les juifs semblent discuter du même sujet – la mort- mais, en fait, ils se réfèrent à deux sens très différents d’une même réalité. Les Juifs parlent de la mort matérielle, physique, tandis que Jésus en parle d’une façon spirituelle, la décrivant comme ayant de plus graves conséquences que la première. Le Christ nous prévient de la gravité de la mort spirituelle qui est la conséquence du péché mortel. C’est pourquoi l’Eglise demande traditionnellement, dans la litanie des saints, que nous soyons délivrés de la « mors perpetua », cette mort spirituelle contre laquelle il nous met en garde. Le carême est le temps propice pour déraciner toutes les sortes de maux de notre vie, tout particulièrement par la pratique de la prière, de la pénitence et de l’aumône.

Seul l’Esprit donne la vie. Les interlocuteurs de Jésus ne peuvent jamais pénétrer le sens véritable de ses paroles parce qu’ils les interprètent d’une façon purement matérielle. C’est seulement avec un esprit de foi et l’assistance du Saint-Esprit que nous pouvons comprendre les choses de Dieu. Le monde d’aujourd’hui est en proie à ce qu’il faut appeler l’esprit de matérialisme. Il considère les choses et les valeurs matérielles comme étant la solution à tout. Mais avez-vous remarqué que plus notre richesse matérielle et nos capacités techniques augmentent, plus nous devenons vides intérieurement et plus notre culture occidentale s’appauvrit. Les choses matérielles sont nécessaires car nous sommes matière. Mais une explication matérielle ne pourra jamais satisfaire les profonds besoins de la personne humaine. « L’Esprit seul donne vie », a dit le Christ. Nous devons nous efforcer d’adopter une manière spirituelle, surnaturelle, de vivre. Grâce à ce point de vue nos yeux s’ouvriront à la vérité qui transcende la matière.

Etre prêts au défi. Le défi que nous propose Jésus d’élever les yeux du cœur et de l’âme à un niveau spirituel rencontre une opposition féroce. Ses auditeurs veulent aller jusqu’à le lapider. Jésus nous incite toujours à aller plus haut. Et c’est pour manifester son amour. Comment est-ce que je réponds à ce défi dans ma propre vie ?

JPEG - 25.6 ko

Actualités Notre Evêque Paroisses et doyennés Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens