Accueil > Notre Evêque > Edito de Mgr Le Saux - Octobre 2018

Edito de Mgr Le Saux - Octobre 2018

Dans les semaines qui viennent, j’aurai la joie d’ordonner deux diacres permanents : Yann du Penhoat le 7 octobre à La Ferté-Bernard et Guy Breteau le 14 octobre à La Flèche. Qu’est-ce qu’un diacre ? Le diaconat, premier degré du sacrement de l’ordre, marque ontologiquement celui qui reçoit ce sacrement. Ce n’est pas une institution, on ne fait pas le diacre, on est diacre. Le diacre manifeste au milieu de l’Eglise et du monde la figure du Christ serviteur. Pour comprendre ce qu’est le diaconat, il ne faut pas partir de ce que n’est pas un diacre mais de ce qu’il est. Quand on se situe uniquement dans le faire, on se place dans des questions d’organisations du religieux. L’Eglise n’est pas un système d’organisation du religieux. L’Eglise n’est pas une espèce de service public pour gérer les besoins religieux des catholiques. L’Eglise est un mystère d’amour voulu par Dieu pour le Salut du monde. Le Concile Vatican II dit qu’elle est « le sacrement, c’est-à-dire à la fois le signe et le moyen de l’union intime avec Dieu et de l’unité de tout le genre humain » (Lumen Gentium, n°1). Le diacre ne peut pas se définir en comparaison avec les laïcs ou avec les prêtres. Il n’est pas un « super laïc » ou un « sous-prêtre ». Il est diacre, il manifeste la présence de Jésus serviteur au milieu de nous.

La présence des diacres a aussi pour mission de nous rappeler à tous quelles que soient nos fonctions dans l’Eglise, nos missions, que nous ne sommes que des serviteurs, que nous devons appréhender nos diverses responsabilités uniquement comme des serviteurs à la manière du Christ. Jésus dans l’Evangile enseigne à ses disciples que le chemin qu’il prend est l’humilité. Quand il leur annonce que le Messie va souffrir, être tué pour ressusciter, ils ne comprennent pas. Plus, ils ne l’acceptent pas. Pour eux, le Messie doit être le premier, le plus grand, le plus fort. Ils envisagent l’action de Dieu dans le monde selon les critères de réussite du monde. Ils vont jusqu’à se demander entre eux qui dans le royaume de Jésus sera le plus grand et le premier. Jésus ne leur reproche pas de vouloir être les premiers mais il nous dit que celui qui veut être le premier doit être le serviteur de tous et le dernier de tous. Comme lui le Maître et Seigneur est au milieu de nous comme celui qui sert. Nous avons le droit d’être ambitieux mais notre ambition doit être de grandir dans l’humilité, la charité, le service des autres. Notre ambition doit être l’ambition de la sainteté qui passe par le mystère de la croix, de l’échec, l’oubli de nous-mêmes pour entrer dans la joie véritable.

Yves Le Saux
Evêque du Mans


Actualités Notre Evêque Ensembles paroissiaux Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens