Accueil > Notre Evêque > Homélies et prises de parole > Edito de Mgr Le Saux mars 2018

Edito de Mgr Le Saux mars 2018

Nous sommes dans le temps de Carême : quarante jours pour nous préparer à célébrer la mort et la résurrection du Christ. C’est aussi le temps où nous accompagnons de manière particulière les catéchumènes qui vont être baptisés dans la nuit de Pâques. Sommes-nous heureux d’accueillir de nouveaux frères et sœurs ? Sommes-nous disposés à entendre ce que Dieu nous dit à travers eux ?


Le temps du Carême est un temps de conversion. Lors de la célébration du mercredi des Cendres, en recevant l’imposition des cendres, a été adressée à chacun de nous de manière particulière cette invitation : « convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle ». Nous convertir, c’est changer, nous laisser éclairer sur ce qui dans nos vies, nos comportements, nos manières de penser, de parler, de regarder doit changer pour vivre de manière plus cohérente avec notre vocation baptismale.


Le temps de Carême est un temps de réconciliation : « Nous le demandons au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu » nous dit Saint-Paul. La réconciliation avec Dieu, c’est se reconnaître pécheur pour accueillir le pardon. Reconnaître que parfois nous avons fait le mal, nous avons été complices du mal par nos pensées, nos paroles, nos actions, nos ommissions. Il est bon de se reconnaître pécheur, de se réconcilier avec nos frères, de demander pardon à ceux que nous avons blessés, jugés, rejetés, de pardonner à ceux qui nous ont blessés. Le lieu objectif où se reçoit le pardon, c’est le sacrement de la réconciliation : où en sommes-nous dans notre relation avec ce sacrement ?


Le Pape François dans son message de Carême se réfère à un verset de l’Evangile de Matthieu : « A cause de l’ampleur du mal, la charité de la plupart des hommes se refroidira » (Mt 24,12). Il nous met en garde contre le refroidissement du cœur. « Les faux prophètes qui trompent beaucoup de personnes jusqu’au point d’éteindre dans les cœurs la charité qui est le centre de l’Evangile » (Message du Pape pour le Carême 2018).


Ce qui éteint la charité, qui donne le cœur froid, c’est « l’avidité de l’argent, le refus de Dieu qui produit la violence à l’encontre de ceux qui sont considérés comme une menace : l’enfant à naître, la personne âgée et malade, l’hôte de passage, l’étranger. » L’amour peut se refroidir également dans nos communautés. Les signes de ce refroidissement sont : « l’acédie égoïste, le pessimisme stérile, la tentation de l’isolement et de l’engagement dans des guerres fratricides sans fin, la mentalité mondaine qui conduit à ne rechercher les apparences, réduisant ainsi l’ardeur missionnaire. » Que Dieu nous garde de ce refroidissement du cœur. Dieu lui, a toujours le cœur brûlant.


Nous venons d’entrer dans le synode. Je remercie tous ceux qui ont rejoint les équipes synodales et j’encourage ceux qui ne l’ont pas encore fait à le faire.
Bonne montée vers Pâques.


Yves Le Saux
Evêque du Mans


Actualités Notre Evêque Paroisses et doyennés Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens