Accueil > Notre Evêque > Homélies et prises de parole > Editorial de notre évêque dans le numéro de février d’ « Eglise en (...)

Editorial de notre évêque dans le numéro de février d’ « Eglise en Sarthe »

JPEG - 3.3 ko

Dans quelques jours, nous allons entrer dans le temps du carême,
temps de préparation de la célébration de la Pâque où
nous entourerons nos catéchumènes qui recevront le baptême
lors de la vigile pascale. Je vous invite à leur manifester notre fraternité.
En particulier, vous êtes tous invités à la célébration de l’appel décisif
qui aura lieu cette année à l’église Saint-Bertrand, le samedi 16 février.
Le carême est pour nous tous un temps de conversion, c’est-à-dire de
rencontre renouvelée avec le Christ. Temps où nous sommes conviés à
nous réconcilier avec Dieu et nos frères et soeurs. Temps privilégié pour
recevoir le sacrement du pardon.
Cette année, le diocèse a lancé une initiative originale : la proposition
de porter des écharpes de carême. En les portant, nous nous rappelons
à nous-mêmes que nous avançons vers Pâques. Mais c’est aussi
un moyen d’avoir la joie de savoir que nous ne sommes pas seuls.
D’autres chrétiens vivent le carême. Un rappel que nous avons aussi
à vivre ce temps ensemble.
Je souhaiterais aussi que l’approche de Pâques nous aide à avancer
plus profondément dans la démarche “Diaconia”. Cette démarche
a son origine dans la réflexion de Benoît XVI, dans son
encyclique “Dieu est amour”.
“La nature profonde de l’Église s’exprime
dans une triple tâche : annonce de la
Parole de Dieu, célébration des Sacrements,
service de la charité.
Ce sont trois tâches qui s’appellent
l’une l’autre et qui ne peuvent
être séparées l’une de
l’autre.”
(Dieu est amour,
n° 25)
Tout chrétien se doit d’être témoin de l’Évangile, d’être disposé à rendre compte
de l’Espérance qui est en lui (jusqu’au martyre). Tout chrétien doit s’ancrer dans
la vie de Dieu par la prière et les sacrements. Tout chrétien se doit de manifester
la charité du Christ en se faisant serviteur de ses frères et soeurs. Il n’y a pas de
vie sacramentelle féconde si au préalable nous n’accueillons pas la Parole de
Dieu et si nous ne nous laissons pas convertir par elle. L’annonce de la Parole,
la rencontre du Christ, la conversion précèdent l’accès aux sacrements. Mais
toute vie sacramentelle doit se déployer dans la charité concrète. Comme le dit
admirablement Benoît XVI, “une Eucharistie qui ne se traduit pas en une pratique
concrète de l’amour est en elle-même tronquée.”
(Dieu est amour, n° 14)
Je vous invite à prendre le temps de méditer le récit du lavement des pieds dans
l’Évangile selon saint Jean, dans les semaines qui nous conduiront à la célébration
du Jeudi saint. Pour nous y aider, le diocèse a réalisé un petit film à partir du
récit du lavement des pieds. Il sera mis à la disposition de tous. Jésus, le Maître
et Seigneur, s’est fait serviteur de tous. Il s’est mis à genoux devant ses frères
pour leur laver les pieds les invitant à faire de même les uns pour les autres. Il
s’agit de me mettre à genoux devant mes frères pour leur laver les pieds, d’entrer
dans le même abaissement et la même humilité que Jésus. Mais aussi de
laisser mon frère me laver les pieds, de me laisser aimer par mon frère, pour
pouvoir moi aussi aimer.
Nous ne sommes pas seulement conviés à servir ceux qui seraient les plus fragiles,
les plus démunis, mais laisser Dieu nous parler à travers les plus pauvres,
pour devenir les serviteurs les uns des autres.
Mgr Le Saux, évêque du Mans


Actualités Notre Evêque Paroisses et doyennés Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens