Agenda

Samedi 25 novembre
Entrez en Avent avec les migrants : 25 novembre 2017 (Salles paroissiales - Allonnes)
Samedi 25 novembre
Invitation à la préparation au voyage solidaire : samedi 25 novembre (Maison du Citoyen sous la place des Comtes du Maine)
Accueil > Notre Evêque > Homélies et prises de parole > Editorial de notre évêque dans le numéro de décembre 2013 d’ « Eglise (...)

Editorial de notre évêque dans le numéro de décembre 2013 d’ « Eglise en Sarthe »

JPEG - 60.3 ko

Nous entrons dans le temps de l’Avent qui nous prépare à la
fête de Noël. Nous allons célébrer la venue de Dieu dans le
monde, Dieu invisible qui s’est rendu visible à nos yeux. En
Jésus, Dieu s’est fait l’un de nous. Ainsi, se révèle la beauté inaltérable
de la dignité de toute personne humaine. “Par son incarnation, le Fils
de Dieu s’est en quelque sorte uni lui-même à tout homme. En lui,
la nature humaine a été assumée, cette nature a été élevée à une
dignité sans égale” nous enseigne le Concile Vatican II
(GS 22). La
fête de Noël nous oblige à voir cette dignité en toute personne, en
particulier en toute personne fragile, quelle que soit l’origine et la
nature de sa fragilité.
Jésus est né dans la pauvreté de la crèche. “Il n’y avait pas de
place pour eux
” dit sobrement l’Évangile. (Lc 2,7) Marie et Joseph
ont dû se réfugier en Egypte pour échapper à la violence du roi
Hérode qui, pour préserver son pouvoir, a fait massacrer tous les
petits enfants de Bethléem.
La grandeur de Dieu est de s’être fait petit. La puissance de Dieu
est de s’être fait fragile et vulnérable. Cela est particulièrement
incompréhensible pour notre époque. Notre société occidentale
refuse toute limite. Nous vivons dans une idéologie du succès, du
bien-être immédiat et individualiste, de la réussite personnelle. En
conséquence, on n’accepte pas la fragilité, on ne veut pas la
voir, on l’écarte et si cela est possible, on la supprime.
Il nous faut admettre que notre monde occidental
est particulièrement égoïste.
Noël est une invitation lancée aux chrétiens
et aux hommes de bonne volonté
à modifier notre regard sur
les personnes les plus fragiles et
les exclus. Une invitation à servir
les plus pauvres d’entre
nous et aussi à les écouter.
À travers eux, Dieu nous parle et nous appelle à la conversion, comme nous
y avons été conviés par la démarche “Diaconia” qui doit se poursuivre dans
toutes nos communautés.
Je pense à toutes les victimes du cyclone aux Philippines, aux victimes de la
guerre en Syrie, et aussi au Congo, et dans tant d’autres pays du monde dont
personne ne parle. Je pense aux enfants porteurs d’un handicap qui n’ont pas
de place dans nos sociétés, aux personnes âgées laissées seules, aux personnes
en fin de vie. Je pense aux enfants et aux familles qui dans nos villes
n’ont pas où se loger et qui ne mangent pas à leur faim. Je pense aux personnes
migrantes qui ont dû quitter leur pays pour fuir des dangers mortels, laissant
derrière eux leur famille, leur culture et que nous refusons souvent d’accueillir.
En contemplant l’Enfant Jésus de la crèche, en méditant sur le mystère de
l’incarnation, que nous soit accordé d’ouvrir les yeux sur la détresse des plus
pauvres de nos frères et soeurs et que nous soit accordé le courage de nous
détourner de nous-mêmes pour nous mettre au service de nos frères.
Bon Noël à tous.
Mgr Yves Le Saux, Evêque du Mans


Actualités Notre Evêque Paroisses et doyennés Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens