Accueil > Actualités > Événements > Fête de l’Assomption : Mardi 15 août 2017

Fête de l’Assomption : Mardi 15 août 2017

Nous fêtons le 15 août l’Assomption, jour où les chrétiens célèbrent la mort, la résurrection glorieuse, l’entrée au ciel et le couronnement de la bienheureuse Vierge Marie.
Aujourd’hui, prendre le temps de s’arrêter à l’occasion de la fête du 15 août peut être une manière de se tourner vers le Dieu de Jésus-Christ avec Marie sa mère.

JPEG - 146.2 ko

Que fête-t-on le 15 août, jour de l’assomption ?


« Tous d’un même cœur, étaient assidus à la prière, avec quelques femmes, dont Marie, mère de Jésus et avec ses frères. » (Actes 1. 4) Telle est la dernière mention explicite dans le Nouveau Testament, de Marie, dont on sait qu’après la mort de Jésus, le disciple Jean l’a prise chez lui. Que devient-elle alors ? Une tradition la fait vivre quelque temps avec Jean à Éphèse. Mais c’est sans doute à Jérusalem qu’elle termine son séjour terrestre. L’événement marial de ce jour correspond à la fois à la mort, à la résurrection et à l’Ascension du Christ.
Au 6ème siècle, l’empereur de Byzance (Maurice, + en 602), à l’occasion de la bénédiction d’une église, étend à l’ensemble de l’Église byzantine une fête mariale le 15 août, déjà célébrée un peu partout en Orient, et lui donne le nom de Dormition de la Mère de Dieu. Ce n’est qu’en 813 qu’elle est prescrite par un concile tenu à Mayence pour l’empire de Charlemagne. Une nuance peut être notée entre la manière dont l’Orient et l’Occident perçoivent le Mystère : en Orient on parlera plus volontiers de la Dormition de la Mère de Dieu, alors qu’en Occident on est sensible au fait que la Vierge a été enlevée corps et âme au ciel.


Le 15 août en France
En 1637, le roi Louis XIII désespérait de ne pas avoir d’enfant, ce qui posait, de plus, un grave problème politique. Il décida donc de consacrer son royaume à la Vierge Marie et qu’il se ferait dans chaque paroisse de son Royaume une procession le 15 août tout cela pour demander la grâce d’avoir un héritier. En 1638 naissait Louis Dieudonné, que nous connaissons mieux sous le nom de Louis XIV. Le vœu de Louis XIII donna une importance accrue à la fête du 15 août en France, où les processions se multiplièrent. Dans le calendrier républicain, ce jour reste férié. Aujourd’hui encore cette journée est l’occasion de nombreuses manifestations religieuses et populaires au cœur de l’été.
En 1950, le pape Pie XII, à l’occasion de l’Année Sainte a voulu donner une définition précise de l’Assomption de Marie. Ce jour-là les chrétiens fêtent à la fois la mort (dormition) et l’entrée dans la gloire de Dieu (assomption) de la Vierge Marie. L’église catholique croie que la vierge Marie, qui a donné chair au Christ, le verbe fait chair, a été par avance ressuscitée dans son corps. C’est le sens du mot « Assomption » : Marie monte au ciel avec son corps et son âme. Mais l’on sait qu’elle était déjà célébrée partout en Orient. En 1964. Dans sa volonté de rénovation de l’Église, le concile Vatican II (1963-1965) a su donner sa place à Marie, en l’intégrant à la réflexion sur l’Église. Marie est à la fois mère et fille de l’Église. Fille de l’Église, parce que, comme créature, elle est sauvée par Jésus. Mère de l’Église, en ce sens qu’elle est modèle de l’Église par sa collaboration à l’œuvre de salut, modèle du cheminement dans la foi.
Source : Site internet du diocèse d’Arras


Quel sens donner à cette fête aujourd’hui ?
Un temps pour se retourner vers Jésus et son Père.
Aujourd’hui. Prendre le temps de s’arrêter à l’occasion de la fête du 15 août peut être une manière de se tourner vers le Dieu de Jésus-Christ avec Marie sa mère. Ce peut être une invitation à retrouver la foi, la confiance qui furent celles de Marie, prier les uns pour les autres, retrouver le regard de Marie, tel que l’évangéliste Luc a su l’exprimer dans le « Magnificat », une invitation à reconnaître avec les croyants que le ciel et la terre, le monde de Dieu et le monde des hommes sont liés d’une alliance voulue par Dieu, que Jésus, fils de Marie a renouvelée, et dans laquelle chacun peut entrer s’il le désire. Tel est le sens du baptême, l’entrée dans la Vie avec Dieu.
Source : Site du diocèse d’Arras


Eclairage par le Père Bernard Podvin

"Quinze août - Fête de l’Assomption au calendrier. De la chapelle la plus locale au sanctuaire le plus international, les foules se rassemblent. Les analystes prenant régulièrement le « pouls » de l’Eglise sont étonnés : pourquoi cette ferveur d’un très grand nombre dépassant largement la sphère des pratiquants réguliers ? Deux raisons à cela, parmi beaucoup d’autres :

- Premièrement, le dogme de l’Assomption (proclamé en 1950 par Pie XII) célèbre le fait que le corps de Marie, ayant mis au monde l’auteur de la vie, est « préservé de la dégradation du tombeau » (préface de l’Assomption). Dans notre société de l’éphémère, du jetable, du mortel, de l’incertain, le don de soi se révèle donc plus fort que toute mort.

- Second aspect : « Marie est une mère qui peut toujours nous comprendre » disent volontiers les pèlerins. En ce contexte social et international particulièrement tendu, les jeunes et les adultes confient à Marie ce qu’ils ont sur le cœur : blessures, cris de douleur et de joie, volonté de réconciliation, de solidarité ...

L’évangile lu dans les églises, le 15 août, se trouve en Saint Luc. On y raconte que Marie visite sa cousine Elisabeth. Elle s’ouvre toujours à l’autre. Elle ne se replie jamais sur elle. Elle proclame le Magnificat, prière du peuple qui dit l’action de Dieu envers les plus petits.

Elisabeth et Marie se réjouissent : toutes deux seront mères, Elisabeth de Jean-Baptiste, Marie de Jésus. Le succès populaire de l’Assomption trouve donc son fondement dans de nombreuses attentes de l’humanité.

Dans l’Encyclique sociale « Caritas in Veritate » Benoît XVI interroge : « la mondialisation nous rapproche, mais nous rend-elle davantage frères ? ».

Puisse l’Assomption favoriser une plus grande compréhension entre les personnes et les nations."


Actualités Notre Evêque Paroisses et doyennés Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens