Accueil > Notre Evêque > Homélies et prises de parole > HOMÉLIE DUE MGR LE SAUX POUR LE JEUDI SAINT 2011

HOMÉLIE DUE MGR LE SAUX POUR LE JEUDI SAINT 2011

HOMÉLIE DU JEUDI SAINT

21 avril 2011


Chers frères et sœurs, nous célébrons ce soir la Cène du Seigneur, le dernier repas de Jésus avec ses apôtres au cours duquel il institue le sacrement de l’Eucharistie. Il le fait avant d’entrer dans sa Passion, avant de mourir et d’être victorieux de la mort par sa résurrection.
Chaque année, nous lisons le récit du lavement des pieds. Je vais m’arrêter sur certains aspects de ce passage de l’évangile de Saint Jean.
« Ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, il les aima jusqu’au bout. » (Jn 13, 1)
Ce verset est la clé de compréhension de la vie de Jésus, et de tout ce qui se déroule dans sa Passion et dans l’institution de l’Eucharistie. Que se passe t-il au cours de l’institution de l’Eucharistie ? Jésus anticipe et intègre le sacrifice de la croix et la victoire de la résurrection. Saint Thomas d’Aquin dit que c’est le sacrement de l’amour. C’est le don que Jésus fait de lui-même. Jésus veut être présent en tous points et pendant tous les siècles au moment culminant de son amour, sacrifice et gloire, mort et résurrection. Dans son imagination divine, il inventa l’Eucharistie. « La sainte Eucharistie contient tout le trésor spirituel de l’Église, à savoir le Christ lui-même, notre Pâque, le pain vivant, lui dont la chair, vivifiée et vivifiant par l’Esprit Saint, donne la vie aux hommes » dit le Concile Vatican II (Presbyterorum ordinis, n°5) La croix et la résurrection sont l’extrême de l’amour. L’Eucharistie est l’extrême de l’amour qui nous est rendu accessible en tout temps et en tout lieu.
Vous le savez, Saint Jean, ne rapporte pas le récit de l’institution de l’Eucharistie, qui était déjà connue des chrétiens au moment où il écrit l’évangile. Il rapporte le récit du lavement des pieds qui est comme la traduction, l’explication de ce qui se passe dans l’Eucharistie et dans la Passion.
« Jésus se lève de table, quitte son vêtement, et prenant un linge, il le noue à sa ceinture. Puis il met de l’eau dans un bassin, et commence à laver les pieds des disciples. » (Jn 13, 4-5)
Laver les pieds : c’était un service si humiliant qu’on le réservait aux esclaves étrangers. C’était aussi le geste du disciple pour son maître. Jésus prend la place du dernier des serviteurs. C’est le dernier acte qu’il pose avant de rentrer dans sa Passion. « Il ne revendique pas le droit d’être traité à l’égal de Dieu, mais au contraire, il se dépouille lui-même en prenant la condition de serviteur. Il s’est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu’à mourir, et à mourir sur la croix » dit l’hymne aux Philippiens. (Ph 2, 6-8) Il a tellement pris la dernière place que personne n’a jamais pu la lui ravir dira le Bienheureux Charles de Foucauld. C’est une leçon d’humilité qui nous est donnée par Dieu lui-même. Il prend la place de l’esclave. La croix est l’extrême de l’humilité. L’Eucharistie est l’extrême de l’humilité. Je vous fais remarquer qu’il lave aussi les pieds de celui qui va le trahir, le livrer à la mort. Ce geste de Jésus résume tout le mystère de la rédemption.
L’apôtre Pierre refuse l’humiliation de Jésus. Pierre ne veut pas que Jésus inverse les rôles. Au fond, il refuse déjà l’humiliation incroyable que Jésus va connaître dans la Passion. Il ne comprend pas. Il comprendra seulement quand, après son reniement, il pleurera amèrement. Il comprendra que Jésus s’abaisse pour le rejoindre dans le drame de son propre péché.
Pour avoir part avec le Seigneur, il faut se laisser purifier par lui. Il nous faut nous laisser atteindre par son humilité, se laisser guérir, se laisser pardonner, se laisser plonger dans la mort et la résurrection. Le Salut n’est pas le fruit de nos efforts. Nous devons nous laisser sauver par lui, répondre à son humilité par notre humilité.
Le lavement des pieds contient le sens de tout le mystère de la rédemption et l’Eucharistie l’actualise.
Jésus se présente à nous comme un serviteur. « Vous m’appelez Maître et Seigneur, et vous dites bien, car je le suis. Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. » (Jn 13, 13-14) Le Seigneur se tient devant nous comme un serviteur. « Le fils de l’homme n’est pas venu pour être servi mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude. » (Mc 10, 45) Le service de Jésus atteint sa plénitude dans la mort sur la croix. C’est-à-dire dans le don total de soi, dans l’humilité et l’amour. Son service est de porter notre fardeau pour nous donner la pureté véritable en nous accordant le pardon.
Nous sommes invités à faire de même. Il ne s’agit pas seulement de nous rendre service les uns aux autres, mais de porter les fardeaux les uns des autres, de nous pardonner les uns les autres.
Ce soir, nous sommes donc invités à nous renouveler dans l’amour véritable, l’amour qui nous est rendu accessible dans l’Eucharistie. Elle est victoire de l’humilité sur l’orgueil. Elle est victoire du don total de soi sur l’égoïsme. Elle est victoire du pardon sur le péché, victoire de la vie sur la mort.
Nous sommes aussi invités à vivre en cohérence avec l’Eucharistie. « Dans la communion eucharistique, sont contenus le fait d’être aimé et celui d’aimer les autres à son tour. Une Eucharistie qui ne se traduit pas en une pratique concrète de l’amour est en elle-même tronquée. Réciproquement, – comme nous devrons encore l’envisager plus en détail – le « commandement » de l’amour ne devient possible que parce qu’il n’est pas seulement une exigence : l’amour peut être « commandé » parce qu’il est d’abord donné » dit Benoît XVI (Dieu est amour, n° 14)
Puisons dans la rencontre avec le Seigneur dans l’Eucharistie la capacité d’aimer de manière toujours nouvelle. Amour de Dieu et amour du prochain sont inséparables. Mais tous deux ne sont possibles que parce qu’il nous a aimé le premier.
Que nous soit accordé de devenir ce que nous recevons dans l’Eucharistie.

Monseigneur Yves Le Saux
Evêque du Mans


Actualités Notre Evêque Paroisses et doyennés Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens