Accueil > Actualités > Événements > Dossier spécial : élection du Pape > Habemus Papam, François : Un nouveau pape est élu !

Habemus Papam, François : Un nouveau pape est élu !

Le Cardinal Jorge Bergoglio, argentin, évêque de Buenos Aires, est devenu le nouveau pape, ce mercredi 13 mars au soir.

JPEG - 20.3 ko


Il s’agit du premier pape Latino Américain et du premier pape Jésuite de l’histoire. L’élection par les 115 cardinaux réunis en secret dans la Chapelle Sixtine depuis le mardi 12 mars avait été annoncée auparavant, à19h05, par l’émission rituelle d’une fumée blanche et par les cloches de la Basilique Saint Pierre qui avaient retenti à toute volée.

Il aura fallu attendre près de 50 mn pour que le Cardinal protodiacre Jean-Louis Tauran annonce la grande et belle nouvelle : « Annuntio vobis gaudium magnum ; habemus Papam : François, Jorge Mario Cardinal Bergoglio »

Le nouveau pape dont, le nom comme souverain pontife est François, s’est présenté à la foule assemblée place Saint-Pierre à 20h20. Très humblement, il a lui demandé de prier le Seigneur pour qu’Il le bénisse

Né en 1936 à Buenos Aires dans une famille modeste d’immigrés italiens venus du Piémont dont le père était employé de chemins de fer, Jorge Mario a grandi à l’école publique avant d’entamer des études de techniciens chimiste puis de se tourner vers la prêtrise, mûrissant sa vocation dans le laboratoire où il travaille. Le séminaire diocésain de Buenos Aires puis le noviciat jésuite où il entre en 1958.
Après son ordination en 1969, ses études le conduisent au Chili et en Espagne où il prononce sa profession perpétuelle en 1973, avant de revenir en Argentine comme maître des novices puis comme provincial.
Recteur du grand Collège, les facultés jésuites de théologie et de philosophie de Buenos Aires, et curé dans la capitale argentine à partir de 1980, il part en Allemagne en 1986, achever sa thèse de théologie à Fribourg, puis revient comme curé en Argentine  : à Cordoba, à 700 km à l’ouest de la capitale, au pied de la sierra, puis à Mendoza, près de la frontière chilienne.
En 1992, Jean-Paul II le nomme évêque auxiliaire de Buenos Aires, puis coadjuteur en 1997. L’année suivante, il succède au cardinal Antonio Quarracino. Ascète et austère, le nouvel archevêque délaisse alors la pompeuse résidence des archevêques de la capitale argentine pour vivre seul dans un petit appartement près de la cathédrale et refuse voiture avec chauffeur pour préférer le bus et le métro.
Il est aussi l’évêque ordinaire des fidèles de rite oriental résidents en Argentine sans Ordinaire de leur propre rite et Chancelier de l’Université catholique d’Argentine depuis le 30 novembre 1998 .
Il est rapporteur général adjoint de la Xème Assemblée Générale Ordinaire du Synode des Évêques sur l’évêque en octobre 2001. Il participe également à XIe Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques en octobre 2005 sur l’Eucharistie.
Le 9 novembre 2005 il est élu président de la Conférence épiscopale d’Argentine, réélu en 2008 et termine son mandant en novembre 2011. Il est Président de la Commission épiscopale pour l’Université catholique d’Argentine.
Créé cardinal par Jean-Paul II lors du consistoire du 21 févier 2001, du titre de saint Robert Bellarmin. Papabile en 2005, il est alors sans doute le challenger le plus sérieux de Joseph Ratzinger avec le cardinal Martini.
Il était jusqu ’à ce jour membre de :

    • La Congrégation pour le Clergé, La Congrégation pour le Culte divin et Discipline des Sacrements, la Congrégation pour les Instituts de Vie consacrée et les Sociétés de Vie apostolique
    • Le Conseil pontifical pour la Famille (membre de la présidence)
    • La Commission pontificale pour l’Amérique Latine
    • Le Conseil ordinaire du Secrétariat général du Synode des évêques
    • Le Conseil post-synodal
    • Il est l’auteur des livres Meditaciones para religiosos en 1982, Reflexiones sobre la vida apostólica en 1986 et Reflexiones de esperanza 1992

Les premiers mots du pape François ce mercredi soir

François , âgé de 76 ans, a prononcé ses premiers mots : « Le monde doit prendre le chemin de la paix, de l’amour et de la fraternité » et a invité la foule rassemblée à prier le Seigneur …

« Il semble que les cardinaux sont allés me chercher au bout du monde », a-t-il ensuite déclaré depuis le balcon de la basilique Saint-Pierre.

Il a ensuite appelé à prier pour son prédécesseur Benoît XVI. Il a invité les fidèles à « entreprendre un chemin de fraternité, d’amour » et d’« évangélisation » et a demandé à la foule une minute de silence :
"Je souhaite que ce grand chemin de l’Eglise que nous commencions aujourd’hui et que les cardinaux ont voulu aujourd’hui soit au service de l’évangélisation. (…) Avant de vous bénir en tant qu’évêque, je voudrais avant vous demander une faveur : priez le Seigneur pour que ce soit Lui qui me bénisse. Faisons ensemble silence pour que votre prière repose sur moi »

Voici l’oraison, du missel romain, qui suit traditionnellement l’annonce « Habemus papam » lors de l’élection du pape.

Dieu qui as choisi ton serviteur François

pour succéder au chef des Apôtres à la tête de ton peuple

et représenter le Christ en ce temps,

aide-le à soutenir tous ses frères :

Qu’il assure l’unité, l’amour et la paix,

que toute Eglise soit en communion avec lui,

et tous pourront trouver chez toi, notre Père,

la vérité et la vie. Par Jésus-Christ.


Actualités Notre Evêque Paroisses et doyennés Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens