Accueil > Les Pôles du diocèse > Pôle Jeunes > Tout sur les JMJ 2013 de Rio à St Malo > JMJ Rio : Témoignage des huit jeunes sarthois ambassadeurs de notre (...)

JMJ Rio : Témoignage des huit jeunes sarthois ambassadeurs de notre diocèse

JPEG - 32.4 ko
Le groupe de jeunes sarthois partis à Rio

C’est le 31 juillet 2013 que sont rentrés en Sarthe les huit jeunes sarthois partis à Rio pour les 28e Journées Mondiales de la Jeunesse. Grâce à une importante mobilisation des donateurs, ces huit jeunes ont pu à temps réunir les fonds pour partir à Rio puisque le coût du voyage s’élevait à 2 200€ par jeune. Pour trouver des aides les jeunes avaient organisé des brocantes dans notre département et avaient sillonné les paroisses pour se faire connaitre et obtenir le soutien du plus grand nombre.
Le vendredi 13 juillet 2013, ces jeunes étaient ravis au départ du Mans pour l’aéroport de Roissy.

A l’image de Marcy qui quelques minutes avant de monter dans le car pour ses premières JMJ s’exprimait tout sourire : « Huit millions de jeunes attendus et qui vont prier ensemble. C’est un grand rendez-vous dont je rêvais. Dieu, c’est notre passion à tous, On a donc hâte d’arriver à Rio pour une vraie réunion du cœur qui doit sonner comme un message d’espérance. »

Après avoir rejoint le Brésil, le groupe a ensuite effectué trente heures de car pour rejoindre Queimadas à 1 000 km au nord de Rio, dans le diocèse de Bonfin, où ils ont passé une semaine à la rencontre des habitants, des traditions et des coutumes locales. Puis du 22 au 28 juillet 2013, la troupe en entier, a rejoint Rio pour les JMJ, avec notamment la célébration d’accueil du Pape François sur la plage de Copacabana le 25 juillet, des catéchèses, des temps festifs avec des jeunes chrétiens du monde entier. Une expérience qui, selon Mgr le Saux, « marque une vie ».

JPEG - 128.3 ko
Les JMJistes des diocèses du Mans et de Laval sur la plage de Copacabana à Rio de Janeiro

« Nous avons reçu la grâce d’être missionnaires »

La durée d’un tel voyage a permis aux JMJistes sarthois de prendre le temps de relire ensemble et avec leur prêtre accompagnateur, le Père Xavier de Guibert, cette expérience au Brésil.
Dans ce texte qu’ils ont rédigé tous ensemble lors du retour, ils expriment le bonheur d’avoir vécu ces JMJ et leur reconnaissance envers tous ceux qui les ont accompagné et soutenu :

« Allez, n’ayez pas peur de vous mettre au service. » ‘’C’est par ces mots que le Pape nous a envoyé en mission. Nous revenons des JMJ conscients de devoir être des missionnaires de la Parole vivante du Christ. La première chose qui nous a marqué dès notre arrivée au Brésil et dans les différentes paroisses et familles où nous sommes allés, c’est l’accueil chaleureux des Brésiliens. Nous avons été touchés par leur générosité, leur joie de vivre au quotidien, leur foi débordante. Nous avons aussi été heureusement surpris par leur liturgie très expressive, joyeuse et festive. A travers cet accueil, les multiples rencontres, les témoignages, les enseignements de nos évêques, les eucharisties, la communion de prière et d’adoration avec les 3 millions de pèlerins réunis autour du Christ, nous avons reçu la grâce d’être missionnaires et la force de témoigner de notre foi. Si nous avons pu vivre cette expérience inoubliable, c’est grâce à vous qui nous avez aidés à financer notre voyage et qui nous ont accompagnés dans la prière. Nous voulons vivre maintenant cet appel du Christ qui nous a rassemblés pour les JMJ : « Allez de toutes les nations faîtes des disciples. » (Mt 28)’’

Anne-Sophie a déjeuné avec le pape François

JPEG - 42.4 ko
Anne-Sophie a rencontré le pape François.

Comme le veut la tradition à chaque JMJ, 12 jeunes venus du monde entier ont déjeuné à Rio de Janeiro au Brésil avec le pape François. Parmi eux, une volontaire française à Rio depuis six mois pour la préparation des JMJ 2013. Anne-Sophie Peiffer, parisienne de 27 ans et petite nièce d’un prêtre de notre diocèse, le Père Le Jariel, est revenue dans le journal La Croix sur ce repas avec le pape François, qu’elle décrit comme « bienveillant qui a le sens de l’humour » : « Je l’ai trouvé́ simple, bon, d’une simplicité́ incroyable. C’est quelqu’un avec qui j’aurais aimé́ pouvoir discuter plus longtemps, quelqu’un qui ne vous intimide pas mais avec qui vous avez envie d’aller plus loin. »
Après les bénédicités, la bénédiction du repas. Au menu : salade, poulet, risotto et trois desserts. Pour la jeune française, l’occasion d’échanger directement avec le pape. Anne-Sophie a notamment raconté aux journalistes qu’elle avait montré au pape François la photo d’un jeune enfant de sa connaissance qui devait se faire opérer à nouveau du cœur. Elle lui a alors posé la question sur la souffrance d’innocents. « On est effrayés, a répondu le pape, on a alors envie de courir dans les bras de notre mère. Dieu, lui, comprend. C’est en ayant cet amour pour les personnes qui souffrent qu’on se rapproche de lui », a ajouté François, selon la jeune femme. « Nous avons parlé de la manière dont les jeunes peuvent s’engager, de communautés, de vocations au sens large, des valeurs qui régissent notre société où l’argent a une place importante. » De ce dialogue, Anne-Sophie retient une phrase particulière : « Tout le monde sait que des gens meurent de faim, et cela ne constitue pas une nouvelle. En revanche, lorsque survient un crack boursier, cela fait la une de l’actualité. »
Le pape François a dit comprendre les jeunes découragés par les institutions politiques et par les scandales qui éclaboussent l’Eglise.


Actualités Notre Evêque Paroisses et doyennés Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens