Accueil > Eglise et société > Essentiel’Mans > La croix de Goudji a été installée dans la cathédrale Saint-Julien (...)

La croix de Goudji a été installée dans la cathédrale Saint-Julien [vidéo]

JPEG - 33.8 ko

L’événement des Journées Essentiel’Mans, c’est demain avec l’ouverture du colloque à 9h au Palais des Congrès du Mans. Ce colloque est une première au Mans et une première tout court en France. Plus de 1000 personnes sont attendues durant ces deux jours pour ouvrir le débat et la réflexion sur la nouvelle évangélisation. Depuis mardi 15 octobre, la croix réalisée par l’orfèvre Goudji a été installée dans le chœur de la cathédrale. Elle sera bénie et élevée à 12m de hauteur, dimanche 20 octobre à 11h lors de la messe de clôture des Journées Essentiel’Mans.

Regardez le film de l’installation de la croix réalisé par le diocèse du Mans :

Découvir l’approche symbolique de cette croix réalisée par Goudji

Regardez le Père Paul-Antoine DROUIN, présentant la croix de Goudji sur LMTV :

Une œuvre pour enrichir le patrimoine

La croix a été en grande partie financée par la générosité de nombreuses personnes, croyantes ou non, attachées au patrimoine historique et religieux. La croix a été réalisée par l’orfèvre Goudji. En faisant appel à un artiste de renommée mondiale, le diocèse du Mans a souhaité apporter sa contribution à l’œuvre millénaire de nos ancêtres.

Ainsi, la création de cette croix monumentale pour le chœur de la cathédrale Saint-Julien (qui, curieusement, en était jusqu’ici, dépourvu), embellira ce monument majeur de l’art roman et gothique, situé au cœur du secteur sauvegardé de la Cité Plantagenêt.

L’artiste Goudji : un des plus grands orfèvres du 20ème siècle

JPEG - 1.8 Mo

Né en Géorgie en 1941, il étudie la sculpture à l’école des beaux-arts jusqu’en 1962, date à laquelle il se rend à Moscou. Il épouse Katherine Barsacq et émigre en France. Il sera naturalisé en 1978, grâce à l’intervention de George Pompidou.

Son art est novateur sur tous les plans : sculpteur de formation, il ne veut créer que des pièces uniques, sorties de ses propres mains, sans jamais utiliser de procédés permettant l’édition ou la reproduction de l’œuvre à l’identique. Orfèvre, il conjugue la technique de la dinanderie avec l’incrustation de pierres dures dans le métal, une innovation qu’il a élaborée seul. Mais Goudji est orfèvre avant tout et ne travaille que les métaux précieux. Il crée pour commencer des bijoux, des fibules et des torques. Les collectionneurs les nomment des Goudji. Ils dessinent un trait d’union idéal entre les civilisations disparues, chères à l’artiste, et la création contemporaine. Par la suite, Goudji créé des objets imaginaires de plus en plus importants - canthares, aquamaniles, rhytons, pyxides, personnages mythiques, animaux fabuleux, cervidés, zébus -, nés de ses rêves, qu’il crée et réalise toujours de ses propres mains, car, pour lui, l’objet, en son essence, se doit d’être unique, et est destiné à le rester. Il élabore à ce dessein une technique de repoussé à la main et au marteau à partir d’une mince feuille de métal qui interdit toute reproduction à l’identique.

Réalisations majeures :

JPEG - 24.1 ko

Très tôt reconnu, il est sollicité en 1976 pour créer et réaliser l’épée d’académicien de Félicien Marceau. Depuis lors, Goudji a réalisé un grand nombre de bijoux et plusieurs centaines d’objets en or, argent et pierres dures, ainsi que quatorze épées d’académicien dont celles d’Hélène Carrère d’Encausse, Raymond Barre ou Maurice Allais et des bijoux emblématiques, dont ceux des académiciennes Claude Dulong et Véronique Schiltz (ru).
Ses œuvres sont l’objet de grandes expositions personnelles dans des galeries d’art ou des musées en France et à l’étranger. Elles sont notamment offertes par les Présidents de la République François Mitterrand, Jacques Chirac ou Nicolas Sarkozy aux Chefs d’États étrangers.
La plupart des pièces civiles sont conservées dans des collections privées. Plusieurs musées en possèdent : le musée des arts décoratifs de Paris, le musée Mandet de Riom, le musée Dobrée de Nantes, le musée des Arts décoratifs de Lyon, le musée du château de Blois en France, le Kunsthaus Dr Hartl de Freising en Bavière ou encore les musées du Vatican à Rome.

Tout au long de sa vie il a créé une œuvre liturgique très importante notamment de Maîtres-Autels et de nombreux objets liturgiques. Il a réaménagé plusieurs sanctuaires de cathédrales, abbayes et églises : cathédrale de Luçon (1995), l’abbaye de Saint Philibert de Tournus (1999), la grande Trappe de Soligny (2000), Saint-Pierre de Champagne sur Rhône (2000), la cathédrale de Cambrai (2003), l’abbatiale N-D de Belleville-en-Beaujolais (2004), Fribourg en Suisse (2004), la Basilique Sainte-Clotilde (2007) à Paris, la cathédrale Saint-Pierre de Saint-Flour (2010), la cathédrale Saint-Lazare d’Autun (2011), la cathédrale Saint-Pierre-Saint-Paul-et-Saint-André de Saint-Claude (2011) et la basilique Notre-Dame-du-Rosaire de Lourdes (2012).

PDF - 795.8 ko
Dimensions symboliques de la croix de la Cathédrale St Julien du Mans réalisée par l’orfèvre Goudji. Pour ouvrir le document, cliquez sur cette icône.

Actualités Notre Evêque Paroisses et doyennés Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens