Agenda

Samedi 25 novembre
Entrez en Avent avec les migrants : 25 novembre 2017 (Salles paroissiales - Allonnes)
Samedi 25 novembre
Invitation à la préparation au voyage solidaire : samedi 25 novembre (Maison du Citoyen sous la place des Comtes du Maine)
Accueil > Actualités > Événements > Rencontre de Taizé à Rome : Journal de pèlerinage : la confiance et la (...)

Rencontre de Taizé à Rome : Journal de pèlerinage : la confiance et la foi


 

La 35éme rencontre européenne organisée par la communauté de Taizé, pour les jeunes de 17 à 35 ans, s’est déroulée cette année à Rome, du 28 décembre 2012 au 2 janvier 2013. Quelques jeunes de la Sarthe, à travers leur journal quotidien, témoignent de ce qu’ils ont vécu durant ce pèlerinage.

JPEG - 42.8 ko


Pèlerinage à Rome avec Taizé
Pour cette ville exceptionnelle, les frères de Taizé ont aménagé différemment la rencontre européenne : les prières nous ont emmenés dans différentes grandes basiliques de la ville, nous permettant ainsi de nous sentir reliés au passé, enracinés dans l’Histoire.
Un grand pari réussi de ces rencontres est de permettre à des milliers de jeunes, reliés aux autres, de vivre l’expérience de la prière intérieure portée par les chants de Taizé, les temps de silence et les méditations du frère Aloïs.
Une image extraordinaire nous a frappés lors de l’ouverture un peu tardive de la basilique Santa Maria Maggiore : voir des centaines de jeunes franchir avec élan les portes pour aller prier ! Un rêve pour nos églises !...
Que cette expérience laisse son empreinte dans le cœur de chacun de ces jeunes et soit une invitation à continuer le chemin de chercheurs de Dieu.
Monique Orveillon
Vendredi 28 décembre
Nous sommes partis de bon matin en direction de Rome pour le pèlerinage de confiance organisé par la communauté de Taizé. La majorité de notre petite équipe de pèlerins sarthois (composée de Aurore, Benoît, Christian, Clémence, Cyprien, Églantine, Florent, Iren, Laurent, Maixent, Marc, Marie, Monique, Pierre et Vincent) a été accueillie dans la paroisse de San Marcellio e Pietro par quelques scouts, religieuses et volontaires qui nous ont accompagnés durant les cinq jours.
Marc, séminariste de notre diocèse à Rome, nous a emmenés dans le centre-ville pour une visite express des monuments historiques et un passage exclusif sur les toits du Séminaire français, avec vue sur tout Rome (Merci Marc !!!). Après cette balade, nous nous sommes rendus à l’Église Sant’ Ignazio di Loyola pour notre première prière commune. Nous avons été impressionnés par le fait que ce lieu si grand et si richement décoré, rempli de centaines de jeunes, donne aux chants et méditations une dimension particulière.
A notre retour, notre comité d’accueil nous a préparé un bon plat de pâtes, poivrées !
Églantine & Maixent

JPEG - 35.7 ko


Samedi 29 décembre
Ce matin, nous nous sommes réveillés pour la première fois dans notre nouvelle paroisse. Après une première prière avec des Biélorusses, Lituaniens et Polonais, pèlerins comme nous, ainsi qu’avec nos hôtes italiens, nous avons commencé à échanger en petits groupes à propos de ce qui nous a motivés à venir à cette rencontre et sur notre cheminement de foi. Puis nous sommes allés manger au Cirque Maxime et avons pu digérer sous un temps estival de mois de décembre (un joli 15°C et un beau ciel bleu). Nous nous devions donc de déguster une spécialité glacée tout en marchant vers le Vatican. Piazza Navone, île Tibérine, château Saint-Ange et enfin nous avons changé d’État en arrivant place Saint-Pierre.
Nous étions en avance de deux heures pour la prière avec le Pape et déjà les premières rangées étaient remplies. Heureusement, nos places près de l’allée centrale nous ont permis d’approcher Benoît XVI lors de son arrivée sous les acclamations de la foule. Le moment de silence à la bougie a été particulièrement fort dans ce grand lieu de l’Église. Le frère Aloïs a ensuite pris la parole en présentant la communauté au Pape, en insistant sur l’unité, le dialogue et la solidarité tout en rappelant le rôle important de l’Église catholique dans cette démarche. Le Saint-Père a alors répondu en continuant ce discours et en appelant à être porteurs de lumière pour le monde en s’appuyant sur l’amour de Dieu au quotidien.
Laurent & Pierre

JPEG - 28 ko


Dimanche 30 décembre
Pour ce troisième jour, la journée a commencé par une messe entre pèlerins, dans la paroisse, animée par les sœurs et les scouts.
Après notre rendez-vous quotidien au Cirque Maxime pour la distribution des repas, nous avons participé à une prière commune. Cela a été l’occasion de découvrir la basilique Saint-Paul hors les Murs. Il faut savoir que cette Église fait partie des basiliques majeures de Rome ; elle dispose d’une cour intérieure ornée de magnifiques mosaïques colorées. A l’intérieur, de grands médaillons muraux témoignent de la continuité pontificale de saint Pierre à Benoît XVI.
L’après-midi s’est poursuivi au Vatican où nous avons visité la basilique Saint-Pierre. Depuis la béatification de Jean Paul II, encore plus nombreux sont les pèlerins venant se recueillir sur sa tombe. La splendeur et l’immensité du lieu lui donnent un caractère très solennel que nous avons bien ressenti.
Ensuite, une partie du groupe s’est rendue à la synagogue de Rome. Nous avons d’abord visité les extérieurs et les jardins, admiré des inscriptions et des textes en hébreu qui s’y trouvaient. Puis nous nous sommes entretenus avec un jeune rabbin sur le judaïsme à travers les siècles. Il a illustré son propos par sa propre expérience de vie à Rome.
Après avoir pique-niqué et partagé une pizza italienne, nous avons clos la journée par une prière commune à la basilique Saint-Jean de Latran.
Aurore & Florent
Lundi 31 décembre
Après la prière habituelle du matin, nous avons retrouvé notre petit groupe de partage pour échanger sur le thème : « Comment vous appuyer sur Dieu ? » Après avoir évoqué la prière, la confiance et avoir suivi les traductions de l’anglais en polonais puis en biélorusse, nous nous sommes rendus au Cirque Maxime pour déjeuner sous le soleil romain.
Nous avons rejoint la basilique Santa Maria in Aracoeli pour la prière de l’après-midi. Chacun s’est ensuite rendu à un des carrefours proposés, parmi lesquels un dialogue entre jeunes sur les nouvelles solidarités, une rencontre avec des jeunes autochtones d’Amérique du Nord ou encore une discussion avec un astronome de l’Observatoire du Vatican. Le groupe s’est retrouvé à la dernière des grandes basiliques qu’il nous restait à découvrir, Sainte-Marie Majeure, pour la prière du soir, prière écourtée pour cause d’arrêt de la circulation des transports à vingt et une heures, le soir de la Saint-Sylvestre. Un sprint plus tard, nous étions revenus à la paroisse pour achever l’année 2012 en beauté.
La veillée a commencé par une prière pour la paix, pour aller vers 2013 dans l’espérance et la confiance. Puis les douze coups de minuit ont lancé la Fête des peuples. Les bulles étaient de sortie, nous avons profité des feux d’artifice depuis le parvis de l’église, entre deux tentatives pour souhaiter la bonne année en polonais (Szczęśliwego nowego roku !). Toute notre joyeuse bande s’est ensuite retrouvée autour du buffet préparé par nos hôtes italiens, avec notamment une assiette de lentilles qui, lorsqu’elle est mangée le 1er janvier en Italie, apporte la richesse. Autant dire que nous nous sommes largement servis ! Les Polonais ont assuré l’animation de la suite de la veillée avec des danses en costumes traditionnels auxquelles nous avons participé, plutôt maladroitement d’ailleurs ! Une note française a été apportée avec « La jument de Michao », improvisé pour l’occasion. La soirée s’est déroulée dans une ambiance festive avec les animations de chaque pays, pour se terminer vers 2h30. Nous avons débuté 2013 bien fatigués par les danses polonaises, mais dans la joie d’être ensemble !
Iren & Marie

JPEG - 25.5 ko


Mardi 1er janvier
Après une courte nuit, nous avons participé à la messe paroissiale, célébrée en l’honneur de le Mère de Dieu et animée par les sœurs aidées de la chorale paroissiale. Après l’eucharistie, nous avons eu le temps d’échanger librement avec les autres pèlerins présents dans la paroisse, venus de Pologne, Lituanie et Biélorussie, puis de faire des photos de groupe.
A treize heures, un repas préparé par les volontaires, les scouts et les sœurs a été servi à l’ensemble des pèlerins logés dans la paroisse et aux paroissiens qui souhaitaient le partager avec nous. Au menu, un repas dense constitué de spécialités italiennes comme du pain grillé avec de l’huile d’olive et des tomates fraîches ou des merguez au goût sucré.
Après avoir aidé les paroissiens à remettre en ordre la salle où avait eu lieu le repas, il nous fallait être à seize heures à l’église Santa Maria in Aracoeli pour la rencontre de tous les pèlerins français, sur le thème « Confiance en l’avenir, confiance dans les autres ». La prochaine rencontre européenne se tenant à Strasbourg, il en fut beaucoup question. Entre de courtes conférences ou des temps en petits groupes consacrés à la réflexion à une question posée (Qu’est-ce que je voudrais que les autres sachent de Dieu ? Comment puis-je laisser Dieu s’exprimer dans mon quotidien ?), nous avons eu droit à l’interprétation de « Hopla Elsass style », chanson spécialement écrite en vue de Taizé Strasbourg 2013.
Après la distribution des pique-nique à la sortie de la rencontre, nous avons dîné sur le chemin de la basilique de San Paolo fuori le Mura, avant une dernière prière commune. Nous étions déjà venus prier dans cette église un après-midi, en plein jour donc ; cette seconde fois, nous avons pu admirer le bâtiment de nuit et l’éclairage réussi de la cour et de ses colonnes sculptées dans des blocs de marbre pur. A la fin de la prière, frère Aloïs nous a annoncé que si la plupart des pèlerins repartaient le lendemain, le pèlerinage se prolongeait à Istanbul ; lui-même et quelques autres frères de Taizé et une centaine de jeunes y célébreraient l’Épiphanie en compagnie du patriarche de Constantinople.
A notre retour à la paroisse, les volontaires nous attendaient avec du thé et des gâteaux. Il y eut un soir, il y eut un matin : ce fut le cinquième jour.
Clémence & Cyprien

JPEG - 23.6 ko


Mercredi 2 janvier
Nous sommes donc partis de Rome le mercredi 2 janvier. Après la prière matinale, nous avons rangé notre salle puis dit au revoir aux Polonais, Lituaniens, Biélorusses et surtout à nos amis italiens qui nous ont généreusement accueillis jusqu’à notre départ (ils nous ont offert le pique-nique).
Ce séjour a été l’occasion de faire de très enrichissantes rencontres, et d’aller en profondeur tant sous l’aspect spirituel, culturel qu’intellectuel. Ces cinq jours ont permis de renouer le contact avec Dieu, si ce n’est de le renforcer. De plus, ce temps de rencontre nous rappelle l’importance de vivre notre foi au quotidien en apportant toujours un peu plus d’humanité dans nos sociétés.
Benoît
Entretien avec Christian, pèlerin et volontaire à l’occasion de cette rencontre romaine.
(Propos recueillis par Vincent)
V. : Christian, était-ce la première fois que tu participais aux rencontres européennes organisées par la communauté des frères de Taizé ?
C. : Non, j’ai commencé en 2005 avec un groupe du Mans. C’est ma septième participation aux rencontres européennes.
V. : Pourquoi revenir à ces rencontres européennes ? Qu’est-ce qui te motive, qu’est-ce qui te plaît ?
C. : C’est de découvrir des villes différentes, de rencontrer des personnes d’autres nationalités, de marcher avec le Christ.
V. : Quelles nouveautés ont marqué, pour toi, cette édition 2012 ?
C. : J’ai fait du volontariat pour que se passent bien ces journées à Rome.
V. : En quoi consistait ce volontariat ?
C. : Préparer une des églises romaines qui accueillait les pèlerins pour la prière du midi.
V. : A travers cette expérience du volontariat, qu’as-tu vécu de particulier ?
C. : C’était nouveau pour moi ; ce fut une expérience forte parce que c’était pour le Christ que je le faisais.
V. : En quoi cette expérience de volontariat peut avoir des échos dans ta vie quotidienne, à ton retour ?
C. : Je pense à ce que je fais à Lourdes l’été. Mais, au quotidien, ça m’appelle à donner un coup de main à d’autres personnes que celles que je côtoie habituellement.
V. : Que pourrais-tu dire aux jeunes voulant participer à la rencontre européenne comme volontaires ?
C. : C’est formidable d’apporter son aide. Le faire avec d’autres, ça montre qu’on n’est jamais tout seul pour agir.


Actualités Notre Evêque Paroisses et doyennés Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens