Agenda

Mercredi 28 juin
Journée Diocésaine des servant(e)s d’Autel et servantes d’assemblée (Abbaye Saint-Pierre et Abbaye Sainte-Cécile de Solesmes.)
Accueil > Les Pôles du diocèse > Pôle Jeunes > Retour sur les JMJ Sarthe 2016 !

Retour sur les JMJ Sarthe 2016 !

Retour sur les JMJ Sarthe !

JPEG - 94.8 ko


Un immense MERCI à tous ceux qui ont soutenu d’une manière ou d’une autre le projet JMJ Sarthe.
Nous étions 186 du Diocèse du Mans (17 ans et plus) à avoir eu la chance participer à ces JMJ en Pologne. Quatre étapes majeures ont marqué notre pèlerinage :
- 2 jours dans le Diocèse de Paderborn ;
- 4 jours au Forum des Jeunes de Czestochowa ;
- une journée au camp d’extermination d’Auschwitz ;
- 5 jours de festival de la jeunesse à Cracovie et le WE final avec le Pape François.
Sans oublier 4 nuits de cars, 2 à l’aller et 2 au retour !
Retour en images sur ce pèlerinage ici :
https://goo.gl/photos/Y66SbcNW5ebA66sE9
Retrouvez ici le livret détaillé des JMJ Sarthe :
https://drive.google.com/file/d/0B8...
Retrouvez ici les textes du Pape :
http://www.lavie.fr/dossiers/jmj-20...
et http://www.la-croix.com/Religion/Mo...
Et enfin, voici quelques témoignages de jeunes de notre groupe :
« Ce qui m’a touché durant ces JMJ c’est le fait que le Seigneur a toujours été à nos côtés malgré les petits pépins qui nous sont arrivés. Enfin, c’est la joie et le bonheur qui rayonnaient sur le visage des personnes présentes sur chaque étape de notre pèlerinage, que ce soit les pèlerins, les familles qui nous accueillaient ou encore les passants. Tout le monde était heureux de vivre, partager ce moment avec nous. »
Des liens avec les familles allemandes et polonaises marquants
« De grands liens ont été tissés avec la première famille polonaise malgré le fait que l’on ne soit pas restés longtemps chez eux. » Pauline S.
« Au pied du car qui nous emmenait à Cracovie, les étreintes, accompagnées de larmes, partagées par les pèlerins et leurs accueillants polonais montraient la force des relations créées en seulement quelques jours autour d’une table à manger. Trois jours plus tard, à Cracovie, chacun de nous envoyait une carte postale des JMJ à ces aimables familles, visages de miséricorde »
« Ce que je retiens de ces JMJ, c’est l’hospitalité de la famille qui nous a accueillis à Czestochowa. Nous avons réalisé que nous dormions dans leurs lits et eux dormaient avec les grands-parents dans les chambres d’amis ou au sous-sol. […] Je pense que notre accueil a dû leur coûter cher. Leur hospitalité était un vrai sacrifice. Leur exemple m’aide à comprendre qu’avec Dieu on ne doit jamais avoir peur d’accueillir et leur offrir le témoignage d’une maison ouverte et d’un cœur de chrétien. »
Les enseignements ouvrent des perspectives
« A Cracovie, j’ai aimé l’enseignement de l’Evêque de Poitiers : ‘‘Il faut perdre pour recevoir’’, car c’est en donnant qu’on reçoit. » Sœur Marie Imakulata
« Les moments de catéchèses étaient vraiment très enrichissants. Ils étaient REELS. » Marie
La louange

« … j’ai eu la possibilité de participer à ces louanges d’une manière tout à fait originale. J’étais ainsi placée en face de l’assemblée et sentais descendre sur moi et les autres musiciens une charge venant du ciel qui était de faire prier tous ces jeunes qui semblaient avides de l’amour du Seigneur. Et, grâce à Dieu, ces louanges ont été très priantes et respiraient de la joie et de l’amour du divin. Je pense tout spécialement au moment où l’on invoquait l’Esprit Saint et où par infériorité je gardais les yeux fermés. Lorsque par la suite je les rouvrais j’avais systématiquement l’incroyable surprise de ne plus voir une assemblée qui chantait mais les enfants de Dieu tous pris dans Sa main. » Claire-Anaïs de S.
« Durant les temps de louange avec les différents diocèses, tout le monde se portait dans la prière. C’était magnifique. J’ai redécouvert que la foi ne se vivait pas seul et que, lorsque l’on prie à plusieurs, c’est plus facile et plus porteur. » Albane B
Un pan d’Histoire qui marque : Auschwitz
« La visite du camp d’Auschwitz m’a beaucoup bouleversée et à certains moments j’ai pu comme ressentir la présence des gens présents auparavant dans ces lieux. Tant que je n’avais pas visité les deux camps, je ne pouvais pas me rendre compte de tout cela et du pan de cette histoire. » Pauline S.
« Ce qui me marque c’est la blessure encore ouverte qu’a laissé l’Histoire aux polonais. Les traces encore vives laissées par les occupations nazies puis russes. »
Le message du Saint Père qui touche les participants de ces JMJ

« Notre Pape nous invite à prendre des chaussures de sport pour aller dans une aventure, à l’évangélisation, à la rencontre des autres. Il nous invite à être des jeunes qui rêvent, qui prennent des décisions. Notre Pape veut des jeunes pleins de vie !! Dynamiques pour annoncer le Christ et être au service des autres. » Sœur Marie Imakulata
« C’est impressionnant de voir que malgré son âge, le Pape est resté jeune d’esprit et à quel point il sait s’adresser aux jeunes, nous exhorter à quitter notre confort quotidien pour servir les autres dans le monde entier. En cela, il est bien plus communicatif et énergique que bien des hommes d’Eglise, tout en gardant un langage très simple. »
« ‘‘Sois heureux, tu es aimé de Dieu’’, nous a lancé Monsieur Le Saux. Oui nous sommes vraiment aimés par Notre Père miséricordieux. Mais comment témoigner de cet Amour miséricordieux ? Vivre avec cohérence et sortir de nos petits mondes pour aller vers l’autre. C’est l’appel du Pape qui nous invite sur le terrain bien équipés pour jouer en vue de gagner bien sûr… Mais… moi toute seule y arriverai-je ? Non, pas du tout !! Je vais rejoindre une équipe dont le Christ est capitaine. Là je suis sûre de gagner ! » Sœur Sainte Marie de la Trinité
« Durant ces JMJ, j’ai découvert la grandeur de l’Eglise. Que ce soit à travers le nombre de jeunes ayant fait le déplacement, du monde entier d’ailleurs, ou leur enthousiasme et leur foi cela contredit tous ceux disant que la religion est pour les vieux. Si on a déjà écouté une fois notre Pape parler on sait que l’Eglise parle aux jeunes et donc au futur, qu’elle ne veut pas être cantonnée au passé. » Charline F
« Le Saint Père nous a invités à ouvrir les portes de nos cœurs et à transmettre la joie sans relâche, car autour de nous, il y en a tant qui l’attende. Je repars donc avec le désir de laisser le Seigneur m’habiter pleinement chaque jour de ma vie et de rayonner de la joie immense d’être aimée par Dieu. » Agnès C
« Les messages du Pape m’ont donné envie de devenir une chrétienne dynamique qui va sur le terrain et qui vit sa vie en accord avec sa foi. Etre chrétien demande du courage, mais la récompense d’une vie avec Dieu en vaut largement la peine. » Capucine
« Le pape François sait parler aux jeunes et dit des paroles simples et percutantes mais ce n’est pas tout selon moi. Durant cette soirée, il a réussi à nous critiquer nous les jeunes du monde sans qu’il n’y ait aucune mauvaise parole. Tout était dit pour nous faire réaliser que nous avons un potentiel énorme et inexploité. C’était également dit de manière à nous motiver et non à nous rabaisser. A travers les mots justes, il a éveillé 2.5 millions de jeunes assoiffés d’idées nouvelles. »
« L’appel du Pape pour les jeunes était percutant car il s’adressait vraiment à nous directement, ce qui permettait que l’on se sente directement concernés. Et voir le Pape était aussi marquant car on pouvait voir tous les jeunes autour de lui pour l’accueillir. »
« Le message du Pape était génial, sans se détourner de l’essentiel et de la réalité. Il nous a tout simplement invité à vivre pleinement sa foi sans être paralysé par les évènements actuels. De plus, il nous a confié la mission de continuer nos JMJ après Cracovie en faisant connaître à chaque être la vérité, Dieu unique. » Pierre-Aldric L
« Ce qui m’a marqué c’est le sourire du Pape lorsqu’il est passé à côté de nous. Il avait un visage rayonnant et bienveillant. De le voir m’a donné envie de le suivre et de faire ce qu’il nous demandait. » Jeanne
« Je retiens les mots suivants du Pape François lors de la veillée de samedi soir : Notre réponse au mal est la fraternité. Il s’agit de construire des ponts entre les hommes et non des murs. Attention à la peur qui paralyse. Le bonheur n’est pas de rester dans un canapé, mais de chausser nos chaussures de sport pour jouer le match de la vie. Chacun de nous à une empreinte à laisser dans le monde. Le monde a besoin de tes mains pour construire le monde d’aujourd’hui. » P. Johan +
Un lieu, plusieurs nations, tous unis dans notre foi
« La barrière de la langue ne semble même pas exister, puisque les jeunes de différents pays se mélangent. On les voit jouer ensemble. Un tel évènement est sans égal dans le monde. »
« Voir un tel rassemblement, 2.5 millions de personnes rassemblées main dans la main, ne peut exprimer que la grandeur du Christ et la force de l’amour. Que dire face au nombre de canapés qui vont se vider, face au nombre de chaussures qui vont être enfilées, que dire ? A part la beauté et l’espoir, ces JMJ m’ont apporté une chose simple : Jésus vit dans notre cœur, sa parole est dans notre mémoire, son âme dans notre vie, ses actes dans nos faits. Alors laissons-nous guider. » Adrien
« Bizarrement, l’image que je retiendrai des JMJ, c’est celle d’un petit groupe de musiciens qui avait rapporté des déguisements et qui jouait au bord de l’eau tout simplement, sans que personne ne sache de quelle nationalité ils étaient. La seule chose qu’on savait c’est que nous étions tous chrétiens. Comme si les barrières des pays s’étaient envolées pour laisser place à la joie et à l’humanité. »
« En croisant des groupes on se tapait dans les mains et on pouvait dire bonjour en ayant une réponse ! Je ne suis pas sûr que ça puisse être pareil dans nos pays. […] Lors du forum des jeunes à Czestochowa j’ai découvert qu’avec d’autres nationalités nous avons les mêmes chants dans nos propres langues et nous pouvions ainsi tous chanter ensemble ! »
« Le plus impressionnant c’était sur le campus : 1.8 millions de jeunes réunis pour la même chose, réunis au nom de Jésus Christ. Mais ce n’était pas n’importe quelle foule : quand on s’y trouvait on voyait vraiment la joie qui émanait de tout le monde. On s’y sentait bien comme si c’était une grande réunion de famille, tous auprès de notre père : le Pape. » Armelle B
« Sur le campus Misericordiae, le Pape François nous a invités à nous donner la main et à prier les uns pour les autres. Ce fut un moment fort. On voyait l’unité des chrétiens de manière très concrète. La fraternité entre tous ces jeunes est signe d’espérance pour notre monde. » Agnès C
« Ce qui m’a le plus touché dans ces 2 semaines de JMJ ce furent les attentions portées aux personnes handicapées. J’ai trouvé ces actes d’amour et de bienveillance très émouvants. Car emmener des personnes en fauteuil aux JMJ sous la chaleur insupportable avec la fatigue et le monde c’est un véritable acte de charité. En effet, ces jeunes qui accompagnaient ces personnes ont vécu les JMJ pour les autres avant de les vivre pour eux-mêmes. » Marie-Aimée C
« J’ai une nouvelle vision de l’Eglise : une communauté jeune et universelle et surtout qui veut changer le monde. En voyant le Pape, je me suis rendue compte que l’Eglise catholique avait un berger avec elle qui le mènerait vers Dieu. Son visage doux et rayonnant et ses paroles simples et percutantes nous invitent à témoigner de notre foi au monde qui n’attend que ça. » Albane B
« Ce qui m’a marqué c’est la fraternité entre les jeunes de différentes nationalités : conversations rapidement créées, échanges de chapeaux… Par exemple, les italiens nous ont nourrit quand nous étions affamés au soleil le dernier dimanche. Il y a aussi la joie des gens en ville et pendant les concerts et la messe : une fête continuelle pendant une semaine, c’est aussi ça la chrétienté. Le nombre de 2.5 millions de personnes, record en Europe, prouve la force de la foi. »
« Ce que j’ai retenu de ces JMJ c’est cette fraternité qui existe entre tous les jeunes présents. Lorsqu’on croisait des jeunes dans la rue, on se tapait dans les mains et on se disait bonjour alors que personne ne se connaissait. Et chacun des jeunes rayonnait de cette joie de Dieu. Nous étions entourés de jeunes chrétiens, nous étions tous à Cracovie pour le Seigneur. Il est possible d’avoir des doutes dans sa foi mais voir 2 millions de personnes réunies pour Dieu a tendance à les effacer ! »
« Ce qui me marque c’est le nombre de nationalités différentes et leurs capacités à détruire la barrière de la langue grâce au sport, au chant ou au jeu. »
« Les jeunes du monde entier souriaient en marchant dans la rue et se tapaient dans les mains, les passants nous saluaient de grands signes de la main depuis leur balcon. Il me semble aussi que cette joie allait grandissante, ‘‘l’apothéose’’ ayant été le retour du campus Misericordiae sous une pluie torrentielle : malgré les sacs, la fatigue et les vêtements trempés, tout le monde souriait, discutait et certains groupes improvisaient même des spectacles dans la rue ! Même ceux qui s’étaient perdus sous la pluie sont arrivés au car en disant que c’était une expérience ‘‘trop drôle’’ ! » Louise
« J’ai compris en repartant des JMJ que le fait que nous soyons tous ensemble (tous les jeunes du monde entier) était LA SOLUTION pour l’avenir du monde de demain. Il est temps que la PAIX règne dans ce monde. » Marie
« C’était la première fois que je vivais des JMJ et ce qui m’a particulièrement touché au-delà de l’intense expérience spirituelle, c’est la joie qui resplendissait de chacun des visages que j’ai rencontrés. Quand je croisais un jeune dans la rue on se disait bonjour en essayant de deviner la langue de l’autre ou on se tapait dans la main. Tout le monde chantait ou dansait sans craindre le jugement des autres. C’était vraiment une expérience anormale, extraordinaire qui m’a profondément marqué. Nous étions tous à Cracovie pour rencontrer Jésus, et je viens de comprendre qu’à travers tous ces visages resplendissants c’est Jésus que je voyais. C’est la première fois que j’arrive à ressentir dans autant de personnes la présence du Christ, et je vais tâcher en rentrant de chercher dans les autres non pas leurs atouts ou leurs défauts mais la présence de Jésus. » Henri
« La bienveillance et la bonne humeur des gens les uns envers les autres m’ont marquée. Tout le monde était hyper souriant, hyper heureux et hyper ouvert. Il y avait une joie sur le visage de chaque jeune qui était ouf ! On pouvait chanter dans le métro avec d’autres français ou des étrangers (par exemple, des libanais !). Il y avait une fraternité entre tous les jeunes impressionnante. Je pense que cela venait du fait que nous avions tous un point commun : la foi en Jésus Christ. Nous avions tous le même Père. Cette fraternité m’aide et me rassure car je me dis que je ne suis pas toute seule et qu’ensemble on peut avancer et faire bouger les choses. » Jeanne
Les JMJ, un nouveau regard sur notre foi
« J’ai appris à prier avec la parole de Dieu en lisant chaque jour les textes de la messe pour y être plus attentive. Ça m’invite à continuer pour être à l’écoute de Dieu. » Albane B
« Les JMJ m’ont permis de prendre le temps de prier et de passer du temps avec Dieu en l’écoutant et en approfondissant ma relation avec lui. Cela m’a permis de réaliser que je ne pouvais pas vivre sans Dieu et que je devais le mettre au centre de ma vie en lui consacrant plus de temps. » Capucine
« Une chose que j’ai comprise en allant aux JMJ et en croisant la route de nombreux pèlerins partageant les mêmes valeurs est que la prière est essentielle pour l’homme et doit se situer au centre de notre vie pour faire avancer le monde. » Pierre-Aldric L
« L’accueil des Allemands comme celui des Polonais m’a fait réaliser que le bonheur était réel que lorsqu’il est partagé. Nous ne pouvons pas être heureux seul dans notre coin. J’ai compris que l’ouverture au monde est l’une des plus belles grâces qui nous est transmise par le Seigneur. Vous savez être 2 millions à prier et louer le Seigneur c’est une chose, mais être 2 millions à vouloir grandir dans la charité et la miséricorde témoignés par l’amour du Christ s’en est une autre. Imaginez si tout le monde souhaitait vivre dans la paix et l’amour. Avec des ‘‘si’’ on pourrait faire le monde, avec la prière on peut le rendre meilleur. Beaucoup de chrétiens restent chez eux et vont à la messe le Dimanche, moi j’agis. Œuvrer pour le monde qui m’entoure est l’une des choses les plus belles et les plus faciles à faire ! »
« Je ne suis pas croyante. Avant toutes choses, je ne connaissais rien de la religion. C’est ma curiosité qui m’a poussé à venir au JMJ. Ce que j’ai vu et vécu était incroyable. Les gens n’ont pas de complexes et viennent les uns vers les autres sans problèmes. J’ai parlé à des personnes en les questionnant sur leur foi et leur amour de Dieu, nous avons eu de beaux échanges. Tous les jours j’ai découvert un truc et je ne me suis jamais ennuyée ! J’ai beaucoup apprécié les catéchèses, ainsi que les messes avec autant de monde. Le moment le plus fort pour moi a été de voir ces gens avec tout leur amour et leur dévotion pour leur religion ! J’ai été émue jusqu’aux larmes. Ce que cela a changé chez moi est important. Je respecte bien plus les catholiques, car je les comprends mieux. Je pense même aller à la messe au couvent à côté de chez moi ! Je veux parler de mon expérience à mes amis et leur faire découvrir ce que j’ai vécu. Le thème de ces JMJs m’a amené également à réfléchir sur moi-même. Cette expérience a apporté une carte en plus dans ma vie et je ne regretterais jamais de l’avoir reçu ! » Camille A


Actualités Notre Evêque Paroisses et doyennés Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens