Agenda

Samedi 25 novembre
Entrez en Avent avec les migrants : 25 novembre 2017 (Salles paroissiales - Allonnes)
Samedi 25 novembre
Invitation à la préparation au voyage solidaire : samedi 25 novembre (Maison du Citoyen sous la place des Comtes du Maine)
Accueil > Les Pôles du diocèse > Pôle Jeunes > Retour sur les évènements passés > Taizé, 30 000 jeunes en marche vers une nouvelle solidarité.

Taizé, 30 000 jeunes en marche vers une nouvelle solidarité.

JPEG - 70.9 ko

30 000 jeunes sont rassemblés à Berlin du 28 décembre au 1er janvier pour la 34ème étape du « pèlerinage de confiance » animée par la communauté de Taizé. Accueillis par les églises et les habitants de Berlin, les jeunes venus de toute l’Europe et aussi des autres continents vont chercher un élan vers une nouvelle solidarité. Les prières communes, des réflexions et échanges sur divers thèmes spirituels, sociaux, artistiques, politiques et économiques vont marquer cette rencontre qui se déroulera pour la première fois dans la capitale allemande.

A leur arrivée, les jeunes ont reçu une lettre de frère Alois, prieur de la Communauté de Taizé, intitulée « Vers une nouvelle solidarité » :
« Si la solidarité humaine a toujours été nécessaire, elle a besoin d’être constamment renouvelée, rajeunie à travers de nouvelles expressions  », écrit frère Alois dans cette lettre qui sera traduite dans plus de cinquante langues. Face aux ébranlements de l’économie mondiale, aux changements des équilibres géopolitiques, à l’accroissement des inégalités, le prieur de Taizé lance une question : « Serait-ce une raison de nous interroger davantage sur les options à prendre pour notre vie ? »

PDF - 146.7 ko
La Lettre de frère Alois 2012.
Cliquez sur cette icône pour lire le document
JPEG - 66 ko


Chaque matin, les jeunes vont se réunir dans les 160 paroisses d’accueil et partager avec les Berlinois qui les accueillent sur les différents thèmes de cette lettre de Taizé pour 2012 : confiance entre les humains, confiance en Dieu, le Christ de communion, chercher à être « sel de la terre ».

Pour les après-midi du 29 et du 30 décembre, le programme de la rencontre propose une liste d’une quinzaine de thèmes au choix. Dans un de ces carrefours, deux frères de la communauté parleront de la vie et de la vision de frère Roger, fondateur de Taizé (1915-2005). Dans un autre, les participants à la rencontre pourront rencontrer des témoins de l’époque du mur de Berlin et visiter le lieu avec des Berlinois. Découvrir un service de soutien aux réfugiés, visiter le « Bode Museum », écouter un concert ou échanger sur la place des jeunes dans la société d’aujourd’hui seront aussi des possibilités proposées. La phrase de Dietrich Bonhoeffer (1906-1945) : « Devant Dieu et avec Dieu nous vivons sans Dieu » est le thème choisi pour un carrefour avec ceux qui voudront parler de la foi dans un monde où Dieu n’a apparemment plus de rôle à jouer.

L’après-midi du 31 décembre il y aura des rencontres par pays ou région d’origine. Ces rencontres, animées par des frères de Taizé, permettront de chercher comment continuer un « pèlerinage de confiance » de retour chez soi et comment avancer ensemble vers une nouvelle solidarité.

JPEG - 60.4 ko

Pendant la rencontre, les jeunes se retrouveront tous les jours à 13h15 et à 19h00 au parc des expositions de Berlin pour les prières communes, qui auront lieu dans quatre grands pavillons spécialement décorés pour l’occasion. Frère Alois s’adressera aux jeunes tous les soirs pendant les temps de prière ; ces méditations seront publiées à cette page :Méditations de frère Alois.
Pour suivre les prières en direct :
Suivre les prières en direct.

Plusieurs messages de soutien à la communauté de Taizé et aux participants ont déjà été reçus à Taizé et d’autres sont encore attendus : du Pape Benoit XVI, des Patriarches orthodoxes de Constantinople et de Moscou, de l’archevêque de Canterbury, de responsables luthérien et réformé, mais aussi de responsables politiques comme le Secrétaire Général des Nations Unies M. Ban Ki Moon, le Président et la Chancelière de l’Allemagne ou M. Herman van Rompuy, président du Conseil européen. Quelques extrais de ces messages sont maintenant en ligne :
Voici déjà quelques extraits.

Du Pape Benoît XVI :

Alors que vous êtes réunis à Berlin avec des milliers de jeunes de toute l’Europe et aussi des autres continents, pour chercher avec les frères de la Communauté de Taizé à creuser les sources de la confiance, Sa Sainteté le Pape Benoît XVI s’unit à vous par la prière et vous encourage à ouvrir partout dans le monde des chemins de confiance.

Vous le savez, la confiance n’est pas une naïveté aveugle. En vous libérant de l’esclavage de la crainte, cette confiance, puisée dans votre foi au Christ et dans la vie de son Esprit Saint dans vos cœurs, vous rend plus perspicaces et plus disponibles pour répondre aux nombreux défis et difficultés auxquels doivent faire face les hommes et les femmes d’aujourd’hui.

Du Patriarche Bartholomée de Constantinople

La vie est souvent comparée à un long périple, à un chemin s’apparentant à un pèlerinage. En effet, à travers les années que Dieu nous accorde, nous cheminons chacun à notre vitesse, chacun par les moyens dont nous avons été gratifiés, vers le seul et l’unique nécessaire, qui est aussi le but de nos vies, le Christ Dieu.

La solidarité ne doit pas uniquement être le slogan de certains partis politiques, mais il s’agit d’une promesse qui engage la personne tout entière tant sur le plan de l’action, que sur celui de la prière, du sentiment, de la compassion. Tel est, en effet, le fondement du message évangélique qui lie le croyant, non seulement avec son Créateur, mais aussi avec toute la création. (…) À l’occasion de la 34e rencontre européenne à Berlin, nous souhaitons à tous les participants de vivre ces moments de fraternité dans la prière, afin de construire sur la pierre de l’espérance, qui est au cœur de notre foi dans le Christ incarné, ces nouvelles formes de solidarité.

Du Patriarche Kyrill de Moscou

Nous sommes heureux de vous apporter les vœux et les bénédictions de Sa Sainteté le Patriarche de Moscou et de toutes les Russies, Kyrill, qui avec la même attention paternelle que les années précédentes suit la célébration annuelle des rencontres de jeunes chrétiens de différentes églises et pays du monde dans diverses villes d’Europe. (…) Traditionnellement, les rencontres européennes de jeunes tombent dans la période de Noël et du Nouvel An. Cela leur donne une signification particulière, et les rend messagères d’espoir pour un avenir plus juste et plus humain. Dans la lumière de Noël cette espérance a une profonde dimension spirituelle – en même temps elle révèle les limites des efforts humains pour construire une société parfaite et elle montre un chemin d’accomplissement des aspirations de l’humanité, ouvert par l’Évangile. Nous vivons dans un monde qui, grâce aux réalisations du génie humain est de plus en plus globalisé. Mais cela signifie-t-il plus uni ?

Le profond engagement de solidarité humaine s’enracine dans la révélation qui nous a été faite par l’événement de Noël : la divine filiation de tous les hommes, et donc la fraternité entre eux, surmontant toutes les différences nationales ou sociales.

De l’Archevêque de Canterbury, Rowan Williams :

Le miracle de la foi chrétienne, c’est qu’elle place ces deux choses au cœur de son histoire. En Jésus, Dieu assume une vie humaine — il vit en solidarité complète avec nous, partage notre vulnérabilité, notre peur et notre souffrance, et même notre angoisse spirituelle quand Dieu semble très loin. Et en même temps, il offre une confiance, une joie et une générosité totales au milieu de tout cela.

Je prie pour que le temps passé ensemble renouvelle votre confiance que Dieu est là avec vous en toutes choses, et qu’il rend l’horizon toujours plus vaste et plus stimulant alors que nous grandissons avec lui vers l’aube de la nouvelle création.

Du Secrétaire Général de la Fédération luthérienne mondiale, Rev. Martin Junge

Vous vous êtes engagés dans un pèlerinage de confiance. Un tel pèlerinage n’a jamais été aussi important qu’en cette fin 2011. Cette année, nous avons à nouveau beaucoup lu dans les médias sur des « crises de confiance ». Mais là justement il ne s’agissait pas de la confiance entre les gens. Il s’agissait le plus souvent de la confiance des prétendus marchés, donc de l’espoir des investisseurs et des spéculateurs que l’argent prêté sera remboursé et qu’il rapportera des profits encore plus élevés à l’avenir.

Dans toutes ces discussions, on n’a pas beaucoup entendu la voix de nous, les chrétiens. Et pourtant nous comprenons quelque chose de la confiance. Mais nous en savons aussi beaucoup sur la confiance rompue. C’est un gros problème déjà au tout début de la Bible (…) Nous sommes piégés tant que nous ne faisons pas confiance à Dieu, mais à l’argent, aux « marchés » et à nos propres capacités. Par conséquent, votre pèlerinage de confiance est un cheminement dans la liberté des enfants de Dieu. Merci de vous être mis en route. La confiance, nous en avons un besoin plus urgent que jamais.

Du Secrétaire Général de la Communion mondiale d’Églises réformées, Rev. Setri Nyomi

L’année 2011 tire à sa fin et nous voyons de nombreux signes de morcellement. La méfiance envers les autres et envers structures et systèmes est devenue une réalité dans de nombreux pays à travers le monde. La méfiance introduit également de nouveaux préjugés qui rendent impossible pour les communautés humaines de vivre ensemble dans toute leur diversité.

Face à cela, nous sommes reconnaissants à Dieu pour la rencontre de jeunes de la communauté de Taizé, qui permet à un vent nouveau de souffler grâce à ce pèlerinage de confiance sur la terre. Nous prions pour que les jeunes en soient renouvelés afin de s’engager dans de nouvelles étapes de solidarité entre les personnes en familles, les Églises, les communautés, les villes et villages. Le monde dans lequel nous vivons a besoin de ce vent nouveau.

Du Secrétaire général du Conseil Œcuménique des Églises, Rev. Olav Fykse-Tveit

Le monde est rempli de nombreuses incertitudes aujourd’hui. Cela peut être très pénible pour beaucoup, en particulier nos jeunes frères et sœurs. Aurai-je un emploi après mes études ? Y aura-t-il de la stabilité là où je vis ? Quelles seront les conséquences des changements climatiques ? Est-ce que cette violence va jamais s’arrêter ? (…) Si nous tenons ensemble en croyant fermement que rien ne peut jamais se mettre entre nous et l’amour du Christ, nous pourrons faire face résolument à ces incertitudes. Ainsi nous sommes libérés pour servir Dieu et les autres avec courage. Nous pouvons tous avoir une influence positive sur le destin de l’histoire, pour nous et pour le monde.

Lorsque cet été, de nombreux jeunes dans mon pays, la Norvège, ont été attaqués, certains blessés, d’autres tués par un terroriste, nous avons également vu le pouvoir des jeunes pour se sauver et s’entraider les uns les autres, et faire de cette tragédie un moment d’espoir. Une étudiante qui vivait dans notre maison en Norvège a été atteinte à cinq reprises. Elle a nommé ses cicatrices d’après les valeurs de ceux qui l’ont sauvée : solidarité, unité, fraternité, amitié et souci de l’autre. Ces valeurs sont celles dont le monde a besoin maintenant, et vous êtes capables chaque jour de montrer ce qu’elles signifient.

De l’évêque Markus Dröge, Église protestante de Berlin

Laudate omnes gentes, laudate dominum – Louez, vous tous les peuples, louez et célébrez le Seigneur. Pour des générations, ce canon est inséparable de la Communauté œcuménique de Taizé. Dans les prochains jours ce chant va maintenant résonner à Berlin dans les halls d’exposition et les églises, les maisons et les communautés. Il sera chanté par des personnes de toutes origines et nationalités, unies dans la confiance en Dieu.

À côté de toutes les questions économiques difficiles dans l’Union Européenne, vous allez montrer que l’Europe n’est pas seulement une communauté économique, mais aussi une communauté de valeurs et de foi. Je vous souhaite des expériences communes qui fortifient votre foi, et aussi de bons échanges avec des Berlinoises et Berlinois à qui la confiance en Dieu est encore étrangère.

De l’Archevêque Rainer Maria Woelki, de l’archidiocèse catholique de Berlin

Dans nulle autre ville les cicatrices de la séparation de l’Europe ne sont encore aussi palpables qu’ici. Elles nous exhortent tous à ne pas faiblir dans l’engagement pour une Europe unie, fraternelle et paisible.

De même que vos bougies brillent dans les halls d’exposition, vous êtes – dans les jours prochains ici à Berlin, mais aussi plus tard au retour chez vous, dans votre vie quotidienne – « des flambeaux d’espérance, qui ne restent pas cachés », comme l’a formulé le Saint Père.

Des Églises de Genève, message signé par Mme Christine Hauri, Présidente du Synode Cantonal de l’Église Catholique chrétienne, Mgr Pierre Farine, Évêque auxiliaire de l’Église Catholique romaine, Mme Charlotte Kuffer, Présidente de l’Église Protestante :

Cette rencontre dans la confiance, en lien avec les jeunes tout autour de la terre, est un beau projet que nous avons eu le privilège de vivre avec vous en 2007. C’est déjà un peu lointain dans les faits, mais le souvenir de ce rassemblement à Genève est encore bien vivant dans nos cœurs et dans nos communautés.

Par la prière et la pensée, nos trois Églises s’associent pleinement au pèlerinage de cette fin d’année 2011. Nous vous transmettons nos fraternelles salutations.

Du Secrétaire Général des Nations Unies, M. Ban Ki Moon

Je suis particulièrement heureux de constater que vous portez votre attention sur la recherche de nouvelles formes de solidarité. Vous vous réunissez à un moment de grand changement et de grand défi. Notre monde est confronté à un ensemble de plus en plus complexe de réalités, de la montée du chômage à l’expansion des inégalités et aux dangers croissants du changement climatique. Beaucoup sont déçus par l’ordre établi, il y a de la méfiance envers les institutions et un sentiment général que le terrain de jeu, qu’il soit national ou mondial, penche en faveur des intérêts bien établis et des élites.

Nous avons besoin de forger un programme commun qui puisse aider à garantir que les générations futures grandiront dans un monde de paix, de prospérité durable, de liberté et de justice. Pour aider à construire cet avenir, je crois que le monde doit se concentrer sur cinq impératifs pour lesquels la solidarité est essentielle : premièrement, le développement durable, deuxièmement, la prévention des conflits, troisièmement, s’engager pour la démocratie et les droits humains, quatrièmement, soutenir les pays en transition, et cinquièmement, travailler avec et pour les femmes et les jeunes. (…) Dans un monde de défis communs, je sais qu’en travaillant ensemble à une cause commune, nous pouvons construire un futur plus sûr et plus prospère pour tous. La solidarité doit être le fondement pour des solutions globales.

Du Président du Conseil européen, M. Herman van Rompuy

Dans sa belle lettre, le frère Alois, votre frère prieur, évoque la personne de Jésus-Christ, « le Ressuscité, présent au milieu de nous, qui a un lien personnel avec chacun mais qui est aussi celui qui nous réunit ». Solidarité donc autour de la personne de Jésus-Christ, par et grâce à qui notre humanité s’exprime en faisant sens. Jésus-Christ dont le plus parfait synonyme est pour moi l’amour. Pas un amour abstrait, éthéré. Mais un amour concret, inscrit dans la réalité du monde et des jours. Un amour porté vers l’autre, un amour qui se traduit en actes, un amour qui agit.

L’amour donc, pour dépasser la notion de justice sociale, ou plutôt pour la transcender afin de lui donner ce « supplément d’âme », ce « plus » qui fait de nous des êtres pleinement vivants. Car l’individualisme et ses avatars populistes et nationalistes extrémistes ne forgent qu’un homme « unidimensionnel ». Ils le réduisent dans l’espace et dans le temps.

Du Président de la République fédérale allemande, M. Christian Wulff

L’un des plus petits villages européens a l’un des plus grands effets dans les têtes et les cœurs des gens. Taizé, ce village merveilleusement situé sur les hauteurs de la Bourgogne, est devenu pour d’innombrables personnes un lieu d’espérance, de la rencontre, de la foi et d’une nouvelle orientation de vie.

Comme Président fédéral allemand, je salue tous ceux qui, de quelque lieu que ce soit, se sont mis en route cette année vers Berlin pour y donner un témoignage de leur foi. Qui se laisse marquer dans sa foi et sa vie par l’esprit qui est vivant à Taizé, vit dans le devenir, dans l’aujourd’hui de Dieu. Il sait que ni le sens de la vie ni la foi ne sont quelque chose de tout prêt qu’on peut emballer et emporter à la maison. Le provisoire, le courage envers ce qui est nouveau et envers l’expérimentation, le lien entre lutte et contemplation comme l’inoubliable frère Roger l’exprimait : tout cela marque la spiritualité de Taizé et de ceux qui participent au pèlerinage de l’espérance.

De la Chancelière de la République fédérale allemande, Madame Angela Merkel

Taizé suscite la communion. Des jeunes de pays différents se retrouvent ensemble dans la prière et le chant. Conscients d’être avec beaucoup d’autres aux motivations identiques, ils acquièrent force et confiance pour leurs cheminements futurs dans la vie de tous les jours.

Avec la rencontre européenne de cette année, l’esprit de Taizé arrive maintenant aussi à Berlin. (…) Que le choix se soit porté sur la capitale allemande me réjouit beaucoup. La Communauté de Taizé apporte l’accent particulier de son engagement dans les questions œcuméniques et européennes dans cette ville rassemblant nations, cultures et religions différentes. A Berlin de nombreux vestiges rappellent la période de la division de notre continent. Ils nous montrent à l’évidence que la liberté et la démocratie ne vont pas du tout de soi et doivent être toujours à nouveau vivifiées et vécues. On attend donc aussi des plus jeunes qu’ils prennent leur part dans la société et la recherche du bien commun. Car c’est aujourd’hui que se décident les fondements dont naîtra demain la vie, et la vie ensemble, en Europe. Le dialogue et les échanges par-delà les frontières font disparaître des préjugés, croître la confiance et se développer de nouvelles formes d’un avenir commun.


Actualités Notre Evêque Paroisses et doyennés Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens