Accueil > Actualités > Événements > Visite ad limina

Visite ad limina

Rome

Du 20 au 29 septembre 2012

JPEG - 11 ko

Mgr Le Saux effectuera sa première visite ad limina à Rome avec ses frères évêques des Provinces ecclésiastiques de Rennes, Rouen, Poitiers, Tours et Bordeaux.
Ils seront ainsi 32 évêques du grand Ouest à se rendre à Rome du 20 au 29 septembre pour prier sur les tombeaux des Apôtres Pierre et Paul dans leurs basiliques, rencontrer pape Benoit XVI pour manifester la communion avec lui et l’unité du Collèges des évêques et faire le point sur la situation des diocèses de l’Ouest lors des rencontres avec ses collaborateurs.

La visite ad limina, du latin ad limina apostolorum (« au seuil [des basiliques] des apôtres »), désigne la visite que chaque évêque fait tous les cinq ans au Saint-Siège. Cette visite est d’abord un pèlerinage sur les tombeaux des apôtres saint Pierre et saint Paul. Elle permet également de renforcer les liens avec le Saint-Siège, ainsi qu’entre diocèses voisins et entre provinces proches.

En 2012, les visites ad limina des évêques de France auront lieu entre le 20 septembre et le 3 décembre. Les précédentes s’étaient déroulées du 24 novembre 2003 au 28 février 2004 il y a donc plus de huit ans. Ce retard s’explique par la disparition du pape Jean-Paul II et du fait de la visite du pape Benoît XVI en France en 2008.
Comme le rappelle l’étymologie du terme « ad limina Apostolorum : "au seuil [des basiliques] des apôtres », ces visites sont, pour les évêques, un temps fort spirituel, un pèlerinage sur les tombeaux des apôtres Saint Pierre et Saint Paul.

Suivre cette visite au jour le jour sur internet et sur RCF LE MANS

JPEG - 24.3 ko

Vous pourrez suivre au jour le jour la visite des évêques sur le blog dédié ou sur la page facebook

Dans le cadre de cette visite, la radio RCF LE MANS, en lien avec Radio Fidélité de Nantes, lance une opération spéciale afin de permettre à ses auditeurs de mieux comprendre la place de Rome et du Vatican dans la gouvernance de l’Eglise, en faisant entrer les auditeurs dans la démarche qui relie nos évêques au successeur des apôtres. Voici le programme :

JPEG - 30.3 ko
  • Chaque jour dans les journaux de 7h -8h - 9h et midi du lundi 24 au vendredi 28 septembre : un point d’actualité en direct de Rome
  • jeudi 27 septembre dans le magazine Itinéraires à 11h30 et 18h30 la parole est aux évêques pour essayer de comprendre les rapports entre les diocèses et Rome et le Vatican.
  • lundi 1er octobre à 8h45 ; 12h15 et 18h15 dans l’invité de la rédaction un dossier sur les temps forts de cette visite
  • vendredi 5 octobre à 12h45 et 20h, dans l’agenda de notre évêqueMgr Le Saux dressera le bilan de cette visite ad limina .

Historique des visites ad limina

JPEG - 39.9 ko

D’après le Directoire pour la visite ad limina, publiée par le Saint-Siège en 1988, il n’existe pas de date précise concernant l’apparition dans l’histoire des premières visites ad limina mais de nombreux témoignages mentionnent son existence dès le IVe siècle. Saint Grégoire le grand établit au VIe siècle que cette visite aurait lieu tous les cinq ans. Au XVIe siècle, suite au concile de Trente, Sixte Quint réforma, par la constitution apostolique Romanus Pontifex (1585), la discipline régissant les visites ad limina en y introduisant une règle imposant l’obligation d’informer le pape périodiquement sur l’état matériel et spirituel des Eglises particulières.
Malgré les innovations des souverains pontifes successifs, les trois aspects fondamentaux de la constitution sixtine concernant les visites ad limina demeurent. Il s’agit de vénérer les tombeaux des Apôtres Pierre et Paul dans leurs basiliques, rendre visite au pape et remettre un rapport sur la situation du diocèse.
À l’origine, chaque évêque devait, en personne, se présenter à Rome. Les papes Paul VI et Jean-Paul II ont fait évoluer cette tradition notamment avec la constitution Pastor Bonus (1988). Les visites ad limina sont, aujourd’hui, organisées par groupes d’évêques.
Ecclésialement, elles permettent pour chaque évêque, une rencontre avec celui qui est à la tête de l’Église, le pape et ses collaborateurs et une expérience de communion avec ses frères évêques.
L’interaction entre les diocèses et le Siège apostolique est capitale. Jean-Paul II le disait ainsi en 1986 : « Ces visites sont pour moi une occasion privilégiée de communion pastorale. Le dialogue pastoral avec chacun d’entre vous me permet de participer aux appréhensions et espoirs des Églises que vous guidez, dans une attitude d’écoute commune aux suggestions de l’Ésprit-Saint. »

Les évêques français se rendront à Rome en trois grands groupes, regroupant chacun cinq des quinze provinces ecclésiastiques de France métropolitaine  :

  • Les provinces de Rouen, Rennes, Poitiers, Tours et Bordeaux seront reçues du 20 au 29 septembre 2012.
  • Lille, Reims, Paris, Besançon, Dijon avec les diocèses de Strasbourg et Metz, le diocèse aux armées et les Ordinariats des catholiques des Églises orientales résidant en France seront reçues du 12 au 22 novembre 2012.
  • Clermont, Lyon, Marseille, Montpellier, Toulouse seront reçues du 23 novembre au 3 décembre 2012.

Le bureau de la coordination des visites ad limina prend en charge toutes les questions concernant la préparation des visites officielles, le calendrier, et le programme des célébrations dans les quatre basiliques majeures : Saint-Pierre, Saint-Jean de Latran, Saint-Paul-hors-les-murs et Sainte-Marie-Majeure.

Le programme des visites ad Limina

JPEG - 49.6 ko

En plus d’une rencontre avec Benoît XVI, nos évêques visiteront un grand nombre de conseils ou de dicastères romains. Au sein de la Congrégation pour les évêques, le « bureau de la coordination des visites ad limina » a organisé les visites des différents dicastères. Les évêques s’y rendent ensemble et l’un d’entre eux est désigné pour prendre la parole au nom du groupe.
Mgr Le Saux présidera le groupe qui rencontrera le dicastère pour la Nouvelle Évangélisation. Là, les responsables de ces services de la Curie romaine entendront les questions particulières et échangeront avec les évêques. Il ne s’agit pas d’attendre d’eux des réponses concrètes, encore moins des directives - car ce qui a valeur de grandes décisions en Église est toujours pris sous la forme collégiale de Synodes universels ou de Conciles – mais plutôt une connaissance réciproque accrue de toutes les questions pastorales actuelles. C’est entre autres grâce à ces visites que l’instrument de travail en vue de la préparation du très prochain Synode sur la nouvelle évangélisation a été écrit. Il suffit de le lire pour se rendre compte qu’aucune question n’a été mise de côté (vous pouvez trouver ce document sur le site diocésain www.sarthe.catholique.fr).

Un travail préparatoire

Pour préparer leurs visites, les évêques ont rédigé un rapport concernant leur diocèse, sur la base d’un questionnaire fourni par Rome. Ces rapports, qui font plusieurs centaines de pages réparties en vingt-deux chapitres ont été transmis au Saint-Siège en juin dernier et leurs contenus ont été répartis dans les différents dicastères (ministères) de la Curie, en fonction des thématiques abordées.
Ce lourd travail a l’immense intérêt de nous contraindre à faire le point et à poser des regards objectifs sur la vie de nos diocèses. En ce qui nous concerne, Mgr Le Saux a décidé de confier la rédaction de ces chapitres aux différents responsables des services diocésains. Après leur relecture forte intéressante, nous avons pu souligner des points et des enjeux sur lesquels nous attirions principalement l’attention des destinataires.
Au regard de ce travail objectif, nous mettons des chiffres sur ce que nous percevons tous. Par exemple, en neuf ans, le nombre de mariages est divisé par deux, de 1400 à 750. Le nombre de baptêmes suit la même courbe : 4303 en 2002, 3159 en 2011. Par contre, nous nous apercevons combien la demande de formation catéchétique pour les adultes devient un objectif capital, en particulier pour les générations qui découvrent la foi chrétienne. L’approfondissement du discours social de l’Église ou la question plus large « Comment être chrétien dans nos vies professionnelles ? » interpellent les catholiques actuels. L’insistance sur les bienfaits de l’appropriation de la Parole de Dieu, sur la prière joyeuse et communautaire ou bien la redécouverte de la réconciliation reviennent aussi régulièrement, en particulier par l’intermédiaire des catéchumènes ou « recommençants ». Quant à l’investissement des chrétiens dans les œuvres caritatives, il ne se dément pas, même s’il faut prendre en considération la difficile prise d’engagement dans une société aux rythmes effrénés.
A l´occasion et au terme de chacune des trois visites, le pape Benoît XVI unira, dans un discours, les attentes des évêques de France et celles du Siège apostolique.


article rédigé par Administrateur


Actualités Notre Evêque Paroisses et doyennés Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens