Agenda

Samedi 25 novembre
Entrez en Avent avec les migrants : 25 novembre 2017 (Salles paroissiales - Allonnes)
Samedi 25 novembre
Invitation à la préparation au voyage solidaire : samedi 25 novembre (Maison du Citoyen sous la place des Comtes du Maine)
Accueil > Actualités > Événements > Voeux de notre Evêque au diocèse

Voeux de notre Evêque au diocèse

JPEG - 80.6 ko

Jeudi 15 janvier, au Centre de l’Etoile, Mgr Yves Le Saux a présenté ses voeux au diocèse et ses projets pour cette nouvelle année 2015.
Auparavant, le diocèse, par la voix du Père Paul-Antoine Drouin, vicaire général, avait offert ses vœux à notre évêque.

JPEG - 62 ko
PDF - 509.7 ko
Voeux du diocèse à notre évêque par le Père Paul-Antoine Drouin, vicaire général. Pour télécharger le document, cliquez sur cette icône.

Vœux de Mgr Yves Le Saux pour cette année 2015

JPEG - 75.7 ko


"Notre pays vient de vivre des événements terribles. Je tiens à redire combien j’ai été, comme beaucoup d’entre nous, bouleversé par les attentats. Je ne peux qu’inviter à la prière pour les victimes, pour leurs proches, pour notre pays et pour la paix dans le monde. N’oublions pas que cette violence et cette barbarie qui nous touche aujourd’hui est présente de manière habituelle et quasi quotidienne dans de nombreux pays du monde. Je ne peux qu’inviter à chercher avec tous le dialogue et la fraternité.
Ces terribles événements ont été reçus par beaucoup de concitoyens comme un appel à redécouvrir et affermir un certain nombre de valeurs fondamentales de notre république. J’espère et souhaite que cela perdure dans le temps, que le respect de la liberté de la presse mais aussi le respect dû à toute personne quelques soient ses opinions, sa religion, sa situation soit défendu absolument.
Une caricature même de mauvais goût ou des propos injustes, ne peuvent être mis sur le même pied qu’un meurtre. « Tu ne tueras pas » est un commandement de Dieu, mais il doit aussi s’appliquer à bien d’autres situations.
Au cœur de cette dernière semaine, j’ai eu présent à mon cœur et dans ma pensée, deux passages de l’Ecriture. De la Lettre de saint Jean : « Si quelqu’un dit j’aime Dieu alors qu’il a de la haine contre son frère, c’est un menteur. En effet, celui qui n’aime pas son frère qu’il voit est incapable d’aimer Dieu qu’il ne voit pas « et de l’Evangile de Marc : Jésus qui vient vers ses disciples pris dans la tempête en marchant sur les eaux leur dit : « Confiance, c’est moi ».
Prions pour notre pays, pour nos frères et sœurs juifs qui sont particulièrement visés, pour nos frères musulmans qui, pour une majorité sont eux-mêmes victimes de ces terroristes. Prions que la sagesse de Dieu nous soit accordée et que personne ne se laisse aller à la peur, à l’affolement ou à la haine. Mais prions aussi pour les terroristes, qu’ils découvrent la vérité du jugement de Dieu.
Nous chrétiens, nous devons regarder ces événements à la lumière de la mort et de la résurrection du Christ. La seule et véritable réponse est la charité, la charité du Christ qui donne sa vie pour que la miséricorde et le pardon soient accordés au monde. Demandons au Seigneur les uns pour les autres la grâce d’être des artisans de paix.
Je tenais à commencer par évoquer ces événements.
A tous, je vous souhaite une bonne année 2015 et je remercie tous et chacun pour votre service de la mission de l’Eglise dans notre diocèse. Je ne prendrai pas le risque de faire une liste de remerciements car dans ce genre d’exercice, on oublie toujours quelqu’un.
Je souhaite cependant dire ma reconnaissance à ceux qui servent de manière discrète et cachée, ceux qui assurent tous les petits services quotidiens qui permettent la vie ordinaire du diocèse et aussi je remercie tous ceux qui nous aident financièrement.
De l’année qui vient de s’écouler, je voudrais relever des événements qui ont marqué l’Eglise universelle et qui ont et auront des incidences sur la vie du diocèse.
1) Nous avons eu la joie de recevoir le texte du Pape François « La joie de l’Evangile ». Je souhaite qu’il soit le texte de référence pour les années qui s’ouvrent devant nous.
Le Pape nous invite à accueillir la joie de connaître le Christ et la joie de l’annoncer. Cet accueil passe par une double conversion personnelle et une conversion pastorale. Cette lettre du Pape est un programme pastoral.
« Je souligne que ce que je veux exprimer ici a une signification programmatique et des conséquences importantes. J’espère que toutes les communautés feront en sorte de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour avancer sur le chemin d’une conversion pastorale et missionnaire qui ne peut laisser les choses comme elles sont » (Joie de l’Evangile n°25).
C’est cette dynamique missionnaire que nous voulons recueillir à travers la démarche « Missio ». Identifier les initiatives missionnaires, nous en réjouir, nous les partager, et aussi nous laisser éclairer par le Seigneur.
2) L’année a aussi été marquée par le Synode sur les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation. Vous savez que ce synode se déroule en deux temps : une première rencontre qui vient d’avoir lieu et une deuxième au mois d’octobre prochain. Durant l’année, nous sommes invités à mûrir, à préciser la réflexion sur la famille. C’est aussi une invitation à revisiter la pastorale familiale, en particulier la manière dont nous préparons les couples au mariage.
A propos du synode, je vous invite à prendre distance avec les media qui veulent absolument nous donner une image de conflit entre tel ou tel évêque et le Saint Père. Le synode a pour objet d’opérer un discernement pastoral et ce discernement est en cours. Il s’accomplit à travers les échanges et discussions entre évêques autour du Pape. « Sans jamais mettre en discussion la vérité fondamentale du sacrement de mariage, l’indissolubilité, l’unité, la fidélité et la procréation c’est-à-dire l’ouverture à la vie » (pape François, discours final)
Le synode doit prendre en compte la souffrance et la grande fragilité de toutes les familles dans le monde. Il doit dire la « bonne nouvelle » de la famille et cela pas seulement à partir des problématiques du monde occidental, mais à la lumière des questions qui émanent de tous les continents. Il s’agit de faire grandir ensemble amour et vérité ou plus précisément miséricorde et vérité. Je me permets de citer encore le Pape François : « Beaucoup de commentateurs ou de gens qui parlent, ont imaginé voir une Eglise en litige ou une partie s’oppose à l’autre en allant même jusqu’à douter de l’Esprit Saint, le vrai promoteur et garant de l’unité et de l’harmonie dans l’Eglise. L’Esprit Saint qui tout au long de l’histoire a toujours conduit la barque de ses ministres, même lorsque la mer était contraire et agitée et les ministres infidèles et pécheurs. » (Discours final)
3) Le Pape François a proposé à toute l’Eglise « une année de la vie consacrée ». Une invitation à redécouvrir en profondeur la beauté et l’absolue nécessité du témoignage de la vie consacrée au milieu de nous, une invitation à rendre grâce pour le don de la vie consacrée. Mais aussi une invitation à prier pour un nouveau printemps de la vie consacrée. Diverses propositions sont faites pour marquer cette année. J’insisterai particulièrement sur deux événements :
- Le 5 septembre prochain, la marche des familles qui a lieu habituellement à Notre-Dame du Chêne se fera entre l’abbaye de l’Epau et la Cathédrale. Participerons à cette journée tous les consacrés qui le pourront en particulier tous les moines de Solesmes seront avec nous.
- La première semaine de juillet, une retraite est proposée à toutes les religieuses, religieux, vierges consacrées et membres des différents instituts et communautés à Pontmain.
Dans quelques jours, nous allons célébrer la fête de la Saint-Julien, premier évêque de notre diocèse. Cette fête est aussi le moment où nous nous réapproprions notre lien avec le diocèse de Paderborn. La rencontre et l’amitié entre Saint-Aldric et l’évêque Badurad ont permis un « Pacte d’éternelle fraternité » entre nos deux diocèses, fraternité qui ne s’est jamais interrompue.
Vous le savez, cette année, nous allons poser la première pierre de la construction du nouveau centre diocésain. Nos frères allemands nous ont fait un don important qui nous permet d’aborder ces travaux avec plus de sérénité.
Je souhaite que lors de la Saint-Julien cette année, nous leur manifestions particulièrement notre reconnaissance. Je vous invite à être nombreux présents à l’eucharistie du dimanche matin à la Cathédrale qui sera suivie d’un repas simple et festif au Centre de l’Etoile suivi de la pose de la première pierre. Nous serions ingrats de ne pas prendre les moyens et le temps de les remercier.
J’ai aussi la joie de vous annoncer une autre initiative. Nous célébrons cette année le cinquantième anniversaire de la déclaration conciliaire « Nostra Aetate » sur le dialogue interreligieux en particulier avec le judaïsme. Le diocèse organise une journée de rencontre le 9 octobre prochain avec la participation d’intervenants de qualité. Cette rencontre prend comme une importance plus grande suite aux événements que nous venons de vivre. Nous assistons à une réapparition de l’antisémitisme. L’Eglise ne peut se comprendre sans sa racine juive.
Un autre débat traverse notre société sur les questions de la fin de vie et la légalisation de l’euthanasie. Le Pape François disait en avril dernier. « Il incombe aux chrétiens de témoigner pour protéger la vie, à toutes ses phases avec courage et Amour. » Un groupe de travail a été constitué sur ce sujet en relation avec la réflexion menée au niveau national. Dans les mois qui viennent des propositions d’aide à la réflexion seront proposées à tous les diocèses.
N’oublions pas les chrétiens persécutés : « Nous ne pouvons pas oublier les persécutions qui frappent quotidiennement les minorités religieuses en particulier les chrétiens dans les différentes parties du monde. Ils sont chassés de leur patrie, de leurs maisons, vendus comme esclaves, tués, crucifiés, brûlés vifs, sous le silence honteux et complice de beaucoup. »
Je vous rappelle également que cette année nous faisions mémoire de Saint Siméon Berneux, 4eme évêque de Corée, né à Château-du-Loir, canonisé par Jean-Paul II.
Enfin, je vous confie particulièrement les séminaristes et les futurs séminaristes. Nous n’avons pas d’ordination cette année. Plusieurs jeunes pensent à l’éventualité de répondre à l’appel à devenir prêtre, des jeunes filles à vivre la vie consacrée. Je vous invite à prier plus encore, que le Seigneur leur accorde la claire vision à leur appel et le courage d’y répondre.
Au passage, je remercie le Pôle jeunes pour ses diverses initiatives en particulier « Cap Espérance ». Je vous confie aussi le catéchuménat.


En conclusion, permettez-moi de faire encore référence au Pape François, lors de son discours à la Curie romaine à l’occasion des vœux. Il a invité à un sérieux examen de conscience qui a alimenté les media pendant quelques semaines. Il me semble que cette intervention n’a pas toujours été lue au bon niveau, ni dans sa totalité.
Le Pape a invité les membres de la Curie, ses collaborateurs « à vivre dans un rapport vital, authentique et solide avec le Christ. Un membre de la Curie qui ne se nourrit pas quotidiennement deviendra un bureaucrate. La prière quotidienne, la participation assidue aux sacrements, en particulier à l’eucharistie et à la réconciliation, le contact quotidien avec la Parole de Dieu et la spiritualité traduite en charité vécue sont pour nous l’aliment vital. Qu’il soit clair pour nous tous, que, sans lui nous ne pouvons rien faire. »
Il a invité à recevoir le sacrement du pardon et à s’y préparer. Il a proposé un examen d conscience en partant des maladies et tentations possibles. Il y en a quinze. Je vous invite à aller les lire. Cette invitation ne concerne pas que la Curie romaine. Je pense même que nombre d’instituts nationaux et internationaux, non ecclésiaux, ni confessionaux pourraient y trouver une source d’inspiration. En tout cas, j’ai été sensible à la conclusion du Saint-Père.
« Frères, ces maladies et ces tentations sont naturellement un danger pour tout chrétien et pour toute curie, communauté, congrégation, paroisse, mouvement ecclésial et elles peuvent frapper au niveau individuel ou communautaire »
« C’est seulement l’Esprit-Saint qui guérit toute infirmité ».
Je voudrais qu’ au cœur de cette nouvelle année, nous ayons nous aussi la simplicité et le courage de nous laisser éclairer par cette invitation forte du Saint-Père, pour devenir plus authentiquement des témoins de la joie de l’Evangile, et que nous développions la culture de la rencontre.
Bonne année à tous.

JPEG - 83.4 ko


La soirée s’est terminée par un moment convivial, autour d’un buffet.


Actualités Notre Evêque Paroisses et doyennés Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens