Accueil > Actualités > Événements > Vous qui êtes éprouvés par la mort, l’Eglise catholique vous (...)

Vous qui êtes éprouvés par la mort, l’Eglise catholique vous accompagne

JPEG - 8.4 ko

A l’occasion du 2 novembre (fête des morts), journée durant laquelle nous prions plus particulièrement pour nos défunts, l’Eglise catholique en Sarthe vous propose une plaquette pour vous accompagner au moment d’un deuil.
Ayant pris en compte l’évolution funéraire de la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui, l’Eglise, dans ce texte de référence, nous rappelle qu’elle se veut proche de chacune et chacun d’entre nous, et qu’elle nous accompagne dans cette épreuve, lorsque survient la mort d’un de nos proches.
Elle rappelle aussi l’importance de célébrer le dernier Adieu dans l’église du village ou du quartier, lieu habituel du rassemblement de la communauté chrétienne pour tous les moments imprtants de la vie humaine, et de manière aussi à ce que proches et amis puissent s’unir à cette célébration, étape capitale du deuil.


Comment l’Eglise catholique vous accompagne-t-elle au moment du deuil ?


Premier contact
L’entreprise de pompes funèbres de votre choix vous mettra en
contact avec une équipe de la paroisse et c’est avec elle que
vous déciderez du jour et de la forme de la prière qui sera
célébrée à l’église.
Un prêtre, un diacre ou un membre de la communauté chrétienne
présidera la célébration des funérailles que vous aurez
préparée ensemble.
Une célébration dans l’église du village
ou du quartier

L’église du village ou du quartier est le lieu habituel du rassemblement
de la communauté chrétienne pour la messe du dimanche
et pour tous les moments importants de la vie humaine :
baptême, mariage, première communion ... C’est donc naturellement
qu’elle doit être le lieu d’un dernier Adieu pour nos défunts.
Si le lieu des funérailles est éloigné du lieu de vie du défunt,
beaucoup de proches et d’amis risqueraient de ne pouvoir se
déplacer et s’unir à cette étape capitale du deuil. Afin d’honorer
et respecter ces relations humaines, l’Eglise n’encourage pas
les célébrations qui auraient exclusivement lieu dans les
funérariums ou les crématoriums.


Pourquoi une célébration à l’église ?
Dans une même famille, tous ne croient pas de la même manière.
L’équipe des chrétiens qui vous accueille en a bien conscience.
Vous serez accueillis tels que vous êtes.
La célébration à l’église va permettre à tous de se retrouver
dans un même lieu pour ce dernier Adieu qui demeure si important.
Les chrétiens présenteront le défunt à Dieu et lui demanderont
de l’accueillir pour la Vie éternelle. Ils proclameront la Parole de
Dieu avec des textes tirés de La Bible et choisis avec vous. Ils
poseront à nouveau les signes du baptême : la croix, l’eau et la
lumière. Au jour de notre baptême, Dieu s’engage à la fidélité et
nous promet que la mort n’est qu’un passage vers l’Eternité


Dans toutes les situations
Tout défunt, par-delà ses choix de vie, peut être accueilli à
l’église au moment de ses funérailles : sur lui, les chrétiens
invoquent la tendresse de Dieu et sa miséricorde.
Pour les personnes non-baptisées, un temps de prière peut être
organisé et adapté à la situation du défunt.


Inhumation ou crémation ?
Les chrétiens cherchent à vivre et à ressembler à Jésus-Christ,
y compris jusque dans la mort. C’est pourquoi ils ont l’habitude
de déposer leurs défunts dans un tombeau, en attendant le jour
de la résurrection des morts promise par Jésus.
Cependant, l’Eglise ne refuse pas la crémation à partir du moment
où elle n’est pas choisie comme une négation des corps et
de leur résurrection.
Pour autant, la célébration des funérailles a lieu avant la
crémation et dans l’église paroissiale du défunt. Ce n’est
qu’à titre exceptionnel qu’une célébration religieuse peut être
organisée au crématorium. Les pompes funèbres ne sont pas
habilitées à proposer et animer ces célébrations. Seule une
personne nommée par l’évêque du Mans peut assumer
cette prière officielle.


Faire un don à l’Eglise
Aucun service ou aucune célébration de l’Eglise n’est ‘payant’ :
tout le monde doit avoir accès aux divers dons de Dieu par-delà
ses capacités financières.
Cependant, l’Eglise catholique de France ne reçoit aucune
subvention de l’Etat ou du Vatican. Ce sont les chrétiens qui ont
l’entière responsabilité de donner les moyens à l’Eglise de poursuivre
son œuvre d’annonce de l’Evangile et de service du
monde.
A l’occasion des funérailles d’un proche, les familles sont donc
invitées à verser une offrande afin de couvrir les frais de célébration
(électricité, chauffage, livrets, déplacements …) et à
participer à la mission de l’Eglise.
Un montant indicatif est préconisé par le diocèse.


Et après ?
Dans la plupart des paroisses, la messe du dimanche qui suit la
célébration sera célébrée à l’intention de votre défunt, au cœur
de la communauté chrétienne. Vous êtes invités à vous y joindre.
Il est possible de demander à votre paroisse que d’autres
messes soient célébrées, par exemple à l’occasion de l’anniversaire
de la mort du défunt.
Parler et échanger à la suite des funérailles est une étape importante
du deuil qui s’impose à nous.
N’hésitez pas à demander la visite du prêtre, du diacre ou d’un
membre de l’équipe qui vous a accueillis dans votre paroisse,
ou à participer à des rencontres organisées par l’Eglise catholique.
Nous ne voulons pas vous laisser seuls.

Etre avec vous


Depuis toujours, la mort d’un
proche est une épreuve. D’une part elle
nous impose le prix d’une déchirure,
d-une séparation ; d’autre part, elle
nous renvoie à notre propre condition
humaine. Notre expérience personnelle
ne peut jamais s-imposer à l’autre : un
deuil est unique.
Les chrétiens qui vous accueilleront
à cette heure ne vous demanderont
pas de sécher vos larmes et
d’-outre-passer ce deuil : ils savent bien
que Jésus lui-même a pleuré la mort
de son ami Lazare … Mais en se tenant
à vos côtés, en préparant la célébration
des funérailles, en proclamant
la Parole de Dieu au milieu de l’’assemblée,
ils vous transmettront simplement
ce qu-ils ont eux-mêmes reçu :
Jésus-Christ ressuscité est vainqueur
de la mort et Dieu ne peut demeurer
éternellement séparé de ceux qu’-il
aime.
Le Dieu des chrétiens ne s’est
pas détourné de ce passage mais il l’a
assumé afin d-’être semblable à nous
jusque dans la mort. Les bras étendus
sur la croix, le Christ nous fait signe et
nous prend avec lui : « Celui qui croit,
même s’-il meurt vivra » (St Jn 11,25).
Au nom de cette espérance, les
communautés chrétiennes du diocèse
du Mans vous accompagnent et vous
soutiennent.

PDF - 640 ko
Pour télécharger la plaquette Funérailles 2012, cliquez sur cette icône

Actualités Notre Evêque Paroisses et doyennés Diocèse Prier et célébrer Eglise et société Contacts
Liens